Tomodachi power : Chapitre 4

Qu'est-ce que je peux bien vous raconter moi ? Hum ... [Mako : Nawak u_u De toute façon, tu dis toujours n'importe quoi. Tu ferais bien de te taire un peu de temps en temps, c'est n'importe quoi, c'est tellement stupide et si tu ...] Tu veux pas te taire ?! Bon sang, tu es impossible aujourd'hui, c'est parce que c'est halloween ? [Mako : Techniquement, c'est demain soir halloween u_u] Demain c'est aujourd'hui 'spece de boulet. Tu m'énerves sérieux ! [Mako : Parce que tu crois que je suis pas pareil ?! Tu m'énerve, j'en ai marre ! Arrête un peu de te prendre la tête et donc de ME prendre la tête ! C'est insuportable !] Franchement, je vais péter un câble ! Tu es tout le temps en train de [Chou' : STOP ! C'est pas bientôt fini ?! Vous en avez pas marre de vous engueuler ?! Deux jours que c'est comme ça ?!] Oo [Mako : Oo]

Chapitre 4 : Arc 1 : Découverte des pouvoirs - partie 4

Un silence de mort suivit la déclaration des deux jeunes filles. Déjà quelques personnes commençaient revenir dans la classe pour la cours de l’après midi – trois heure de torture – qui furent d’abord surpris que la discussion entre le groupe habituellement bruyant soit aussi calme, puis manquèrent d’avoir une crise cardiaque en entendant le cris de Suichi, qui s’était levé brusquement :

- C’EST MEGA COOL !


Sho ne dit rien mais se demanda si elle avait réellement compris ce que l’on venait de lui annoncer. Même lui, le plus gamin de la bande, ne trouvait pas ça génial du tout … Dangereux, oui ! Génial, ça, non ! Malgré tout, il se contenta de la regarder avec des yeux grands comme des soucoupes, à la manière de la plupart des autres personnes présentes dans la salle. Keiko ne pris pas cette peine et exprima tout haut ce qu’il pensait tous tout bas.

-
Mais t’es complètement malade ma pauvre Suichi !
Suichi :
Mais non, mais non, répondis la jeune fille avec un soupire. On va bien s’amuser, tu vas voir Keiko !
Keiko :
Bien s’amuser ?! Est-ce que tu as bien compris que qu’on vient de t’expliquer au moins ?!
Suichi :
Bien sur ! C’était parfaitement clair. Même un bébé aurait compris.
Keiko :
Alors comment tu peux voir ça comme de l’amusement ?!

Il fallut plus de cinq minutes au reste de la bande pour réussir à les calmer à peu près et surtout à camoufler les « mais on risque de mourir » sous divers bruit, tel qu’un éternuement ou une pile de livre tombé par terre. Bien sur, les autres élèves avaient l’habitude des disputes entre Keiko et Suichi … ce qui était bizarre, c’était plutôt de voir le reste du groupe s’étrangler en cherchant une explication, comme une hypothétique pièce de théâtre. Mais très vite, la situation dégénéra et échappa complètement à Satoshi et Mitsuki qui avait à peu près réussi à éviter que les deux jeunes filles en viennent aux mains … Ce fut Keiko qui lança l’offensive avant que Suichi ne la blesse dans son orgueil …

Keiko :
T’es vraiment qu’une grosse malade Suichi !
Suichi :
Toi t’es lâche ! C’est pour ça que tu refuses cette mission !
Keiko :
Puisque tu le prends comme ça, j’accepte !
Suichi :
Félicitation Hikari … Tu as plus de courage que je le pensais … ça à dû être dure de faire un effort pareil et de vaincre ta peur non ? Tu veux nous en parler ?
Keiko :
Tu bas la boucler un peu ?! Y’en a marre ! T’es immature et tu passes ton temps à chercher les ennuis ! Tu le fais exprès pour te faire remarquer ?!
Suichi :
Tu veux qu’on parle de toi ? Ça cache quoi ton côté rebelle ? Tu ne veux pas que les gens apprennent que tu es qu’une dégonflée c’est ça ?!
Keiko :
On dira ce que l’on voudra, moi au moins je n’ai tué personne !

Cette fois, Suichi ne trouva rien à répondre à Keiko et se contenta de sortir de la pièce en retenant ses larmes. Comment osait elle dire quelque chose de pareil ? Comment est ce qu’elle aurait pu savoir qu’il y aurait un mur pile au moment où elle ferait un caprice dans la voiture ? Comment aurait elle pu savoir que son père, si bon conducteur, ne tournerait pas à temps, trop occupé à sécher les larmes de sa fille qui hurlait qu’elle voulait une sucette … elle était encore petite à l’époque, elle avait seulement huit ans … même pas un âge à deux chiffres … son père avait vu le mur trop tard et tourné brutalement le volant … Il était mort sur le coup, elle avait juste eu quelques égratignure … le coup de volant qu’avait donné son père avait sauvé la vie de Suichi et pris la sienne en échange … la vie était vraiment trop injuste parfois … C’était elle qui aurait dû mourir, pas lui … Elle ne voulait pas l’avouer mais elle était bel et bien responsable de la mort de son père … et ça, s’était difficile à oublier, quoi qu’elle fasse !
Après avoir couru dans les couloirs, elle s’assit contre un arbre, dans un coin du campus où personne ne venait jamais. Cette fois, elle n’arrivait plus à s’empêcher de pleurer et allait probablement avoir les yeux rouges tous l’après midi, mais elle s’en fichait complètement … Pourquoi Keiko avait elle dit un truc pareil … est ce qu’elle pensait vraiment qu’elle avait tué son père ? Depuis le collège, elle avait peur que les gens la considèrent comme un assassin alors elle avait tout fait pour ne plus y penser … Elle s’était consacrée au sport et était devenu la meilleure de l’école dans cette discipline mais ça n’avait pas suffis à lui faire oublier l’accident. Parfois, elle refermait les yeux et revoyait ce qui s’était passé … La voiture s’écrasant contre le mur, le pare-brise volant en éclat et son père … elle ne voulait plus y penser ! Les larmes redoublèrent pendant qu’une classe de deuxièmes années passaient en rigolant bruyamment.
Dans la salle de classe, l’ambiance avait dégénéré et rare étaient ceux qui croyaient encore à l’histoire d’une hypothétique répétions pour une pièce de théâtre. En effet, après le départ de la rouquine, Sho avait violemment poussé Keiko pour suivre la jeune fille, Mitsuki, la calme et sage Mitsuki, avait donné une gifle à sa sœur, Satoshi avait tenté de suivre son ami qui avait piqué un sprint suivit de près par Sakura. Restée seule dans la salle avec les jumelles qui s’hurlaient dessus, Rika et Ritsu se regardaient avec une lueur d’incompréhension dans les yeux … Qu’est ce qui venait de ce passer ?
Sho fut le premier à trouver l’adolescente. Elle s’était cachée dans le petit coin où il s’installait souvent pour manger tranquillement. Bien sur, il n’avait pas été le seul à penser qu’elle pouvait y être mais lorsque Sakura arriva et vit Sho serrer son amie dans ses bras, elle comprit qu’il valait mieux ne pas intervenir … Ouais … vu la situation, Sho allait la faire à coup sur cette fois, sa déclaration …

- Etoo … Shû-chan … tu sais, Keiko s’est emportée, elle a dit des choses qu’elle ne pensait pas pour te blesser … elle voulait gagner votre petit jeu de « qui aura le dernier mot » mais son but n’était assurément pas de te faire de la peine. Et puis … tu sais … Moi … moi, j’aime Suichi ! Et je ne serais pas amoureux d’un assassin non ?

La surprise de Suichi fut telle que les larmes arrêtèrent de couler sur ses joues … Sho l’aimait ? Il avait dit ça ? Elle n’avait pas rêvé ? Les mots qu’elle avait toujours voulu entendre sans oser les dire … il les avait prononcé, ça n’était pas son imagination n’est ce pas ? Bah … même si s’était un rêve, elle ne perdait rien à répondre non ? Elle murmura un faible « moi aussi » en détournant les yeux … Elle avait tellement rêvé qu’il lui dise un jour ça qu’elle ne savait même plus pourquoi elle pleurait, quelques minutes auparavant. Dire qu’elle avait toujours douté des pouvoirs de ces trois petits mots … « je t’aime » … Elle en faisait les frais à présent et elle se sentait vraiment bizarre. Le rouge lui montait aux joues et elle avait envi de rire … Ouais … Décidément, l’amour serait toujours un sentiment qu’elle ne comprenait pas.
A la sonnerie signalant la fin des cours, aucun des six adolescents ne prononça un mot mais ils se mirent tous d’accore pour allé chez Suichi afin de discuter de cette étrange mission … Tous, sauf Keiko qui persistait à faire la tête depuis que sa sœur l’avait frappé … Bien qu’elle soit née quelques minutes avant Keiko, Mitsuki ne se conduisait jamais en grande sœur et là pourtant … Non seulement elle avait effectué son rôle mais elle l’avait frappé fort avant de lui faire la morale … Tout ça à cause de Suichi ! Décidément, sa rancune envers la rouquine ne faisait qu’augmenter…
Chez la rouquine encore, pendant que Suichi préparait du thé pour tout le monde, un silence de mort s’était installé dans la chambre de la jeune fille … Personne n’avait envi de parler de ce qu’ils avaient entendu aujourd’hui … Alors ils allaient risquer leur vie pour sauver le reste du monde ? Ils ne savaient pas vraiment si s’était une bonne idée et surtout, comment l’annoncer à Tatsuya, qui, alors qu’il se rendait dans la chambre de sa sœur pour lui emprunter le dictionnaire de kanji trouva l’ambiance particulièrement pesante mais fut contraint de rester … Heureusement, ou malheureusement, pour le petit groupe, Rika sauva la situation en apparaissant comme par magie (en fait, s’était probablement vraiment de la magie) au milieu de lit de la roussette. Pour la seconde fois de la journée, elle raconta qui elle était et quel était la mission des gardiens, expliquant ainsi à Tatsuya, resté sans voix, ce qu’ils allaient devoir faire à partir d’aujourd’hui. Puis elle fit apparaître six pendentifs en forme d’étoile qu’elle remis à chacun des enfants présent en leur expliquant que grâce à lui, ils pourraient se servir de leur pouvoir sans avoir eu de cours auparavant … disons juste qu’il servait d’amplificateur de puissance … Elle confia aussi à la roussette cinq autres pendentifs – Ritsu s’étant rendu chez les Hikari pour donner le sien à Keiko – en lui disant qu’il y en aurait un pour chaque membre du groupe. Tatsuya regarda successivement le pendentif qu’il avait dans sa main et Ritsu puis le balança à travers la chambre. Celui-ci heurta un vase qui manqua de tomber … Ils étaient visiblement plus lourd qu’ils en avait l’air … Mais si le vase ne s’était pas cassé, la colère de Tatsuya, elle, avait explosé et le jeune garçon si calme ressemblait soudain à quelqu’un d’autre …

- Au cas ou quelqu’un s’intéresserait à le savoir, j’ai un groupe de musique dont je dois m’occuper et ça n’est pas en partant en plein milieu d’un concert pour me débarrasser d’un monstre que je vais atteindre mon but !

Il quitta la salle en claquant la porte, ce qui, cette fois, provoqua la chute du vase qui se brisant dans un bruit de cristal … Ils étaient vraiment mal cette fois, si Keiko faisait la tête et que Tatsuya refusait de les aider … La mère de Suichi entra pour demander ce qui s’était passé et pourquoi Tatsuya était sorti en semblant si énervé … Suichi inventa une excuse sur le stress des examens qui le troublaient peut être, ou alors tout simplement le concert du lendemain qui le paniquait … Sa mère mordit à l’hameçon et quitta la salle en demandant à Suichi de ne pas oublier de retrouvé son yukata pour la fête d’Hanami qui avait lieu le lendemain … Ah oui … Le concert … Cette fois, tout s’éclairait dans la tête de la jeune fille … Son frère était si énervé à cause de ce concert ! Chaque année, un grand festival était organisé pour Hanami, en l’honneur des cerisiers, arbres protecteurs de la ville de Sakurajo. A cette occasion, un grand concert était donné et seul deux groupes pouvaient participer … Tatsuya avait tout donné pour être choisi et ses efforts avaient été récompensés … Mais maintenant qu’on lui annonçait ça, s’était un peu comme si on lui demandait de renoncer à ce qu’il avait fait …
Suichi se réveilla le lendemain matin en soupirant … Le soleil brillait dans sa chambre et l’empêchait de se rendormir, alors autant se lever … De toute façon, elle avait rendez vous au parc avec les autres à quinze heures et d’après son réveil, il était déjà plus de midi … Elle se maudit soudain d’avoir passé autant de temps à lire des mangas le soir même … elle avait promis à sa mère de ranger sa chambre avant de partir et elle en avait bien pour plusieurs heures, si bien qu’elle n’était soudain plus sur d’être à l’heure … Entre les mangas qui traînait un peu partout, les contrôles des années précédents qu’elle avait oublié de ranger et les livres de littérature qu’elle devait lire avant les prochaines vacances … sa chambre était décidément bien en bazar ! A quinze heures moins le vingt elle eu, enfin, terminé le rangement et se pressa d’enfiler son yukata … Même pour un prodige de la course à pied tel qu’elle, courir avec un yukata était un véritable défi … Et elle n’était pas sur de réussir à le faire !
Malgré sa précipitation, Suichi ne réussi par à arriver à l’heure au parc où les amis s’étaient donné rendez vous et elle eu un peu plus de cinq minute de retard … Autant dire que ses amis n’allaient pas vraiment lui en porter rigueur, Keiko excepté vu qu’elle était toujours d’humeur massacrante, surtout que Satoshi n’était toujours pas là … En même temps, s’était habituel qu’il arrive en retard et après vingt minutes à attendre, le jeune garçon arriva enfin les mains dans les poches et se contenta de dire :

- Bon … On y va ?

Mitsuki : Et bien Satoshi … On ne t’a jamais appris la politesse ?! Tu pourrais t’excuser de ton retard et nous faire, par exemple, un commentaire sur nos yukata non ?

Satoshi ne répondit rien et se contenta de se diriger vers les différentes attractions qui avaient été mise en place pour le festival d’Hanami …
Dix huit heures … Le concert de Tatsuya n’allait pas tarder à commencer mais il ne voyait Suichi nulle part dans le public … Elle lui avait pourtant promis de venir … Peut être qu’il était allé trop loin hier et qu’elle ne voulait plus lui adresser … Après tout, aucun des deux enfants n’avaient décroché un mot pendant le repas de la veille … Ce qu’il ne savait pas, s’était que sa sœur était au prise avec leur premier adversaire … Une espèce de monstre … le même qui hantait son cauchemar …

- Attention Sho ! Hurla la jeune fille pendant que Sho venait de se faire envoyer valdinguer contre un mur …

Elle n’eu que le temps de le voir se taper la tête et, visiblement mal en point, le garçon ne réagit pas … De son côté, Suichi ne pouvait pas faire grand-chose pour l’aider, étant elle-même dans une situation délicate … Elle regarda autour d’elle, se tenant son épaule douloureuse d’où le sang coulait tranquillement depuis dix bonnes minutes, ayant tâché son yukata blanc … Mitsuki et Keiko s’étaient évanoui à la suite d’une attaque plutôt violente, Satoshi était blessé à la jambe gauche et ne pouvait plus marcher … Quand à Sakura, elle semblait à bout de force après avoir donné toutes ses forces dans une ultime attaque qui n’avait même pas eu l’air d’ébranler cette étrange créature … Leur seul espoir semblait être Tatsuya, sauf qu’il n’était pas là …
Tatsuya
était en train de chanter, les pensés tournées sa sœur dont il commençait à s’inquiéter de l’absence, lorsqu’une douleur aigu traversa sa tête suivit d’une voix qu’il avait déjà entendu la veille … Ah mais oui … S’était celle de cette nouvelle … Ri … Riku … Non ! Rika ! Mais que faisait la voix de Rika dans sa tête ? La première idée qui lui vint à l’esprit était qu’il était fou, la seconde était la télépathie … Cette histoire de pouvoir était donc vraiment vraie ? Mais plus important que la source du message, s’était son contenu qui inquiéta Tatsuya … Comment ça, sa sœur risquait de mourir … Et qu’est ce qu’il pouvait faire … Il ne pouvait pas descendre de scène comme si de rien n’était, surtout que Masato Sugihiri, son idole, était venu … Mais, étonnamment, ce fut lui qui lui donna la réponse en montant sur scène. Une fois à côté de Tatsuya, il lui chuchota à l’oreille :


- Je pourrais bien m’occuper de ce monstre, mais c’est ta sœur qui est en danger, alors à toi d’y aller … Je me charge du concert

Sans véritablement comprendre la situation, Tatsuya hocha la tête et descendit en s’excusant auprès de ses deux amis, qui, tellement aux anges de pouvoir jouer en compagnie du grand Sugihiri-sama, ne remarquèrent même pas son départ. Il trouva, en effet sa sœur dans une situation plutôt mauvaise et réussi à détourné l’attention de cette horrible créature avant qu’il ne la mange … Toute fois, rien n’était réglé … les seuls en état de se battre semblait d’être Sho, Suichi et Tatsuya et à trois, il ne pouvait pas faire grand-chose … Ils étaient justement en train de se concerter à ce sujet lorsque Ritsu et Rika arrivèrent et les aidèrent à se débarrasser de cette immonde bestiole … Après c’être excuser pour leur retard (« Il y avait des embouteillages sur la ligne de télé-transportation ») elles aidèrent les enfants à se remettre … Ritsu, qui semblait avoir des pouvoirs de guérison plutôt développé, et stoppa la douleur de Satoshi avant de s’occuper du cas des jumelles pendant que Rika pansait la blessure de Suichi à l’épaule et que Tatsuya s’occuper de celle qu’elle avait sous l’œil. Enfin, ils coururent jusqu’à l’endroit où avait lieu le concert en plein air où la foule hurlait en entendant le brillant Sugihiri-sama. Voyant Tatsuya, Masato lui rendit le micro et se dirigea vers Ritsu.

Masato : Taku … T’as fait exprès de m’inviter pas vrai Kitsune-chan.
Ritsu :
Arrête de m’appeler comme ça, je n’ai plus quatre ans je te rappel.
Masato :
Tu éludes la question ? Ça doit être parce que j’ai raison.

Ritsu : Je t’ai appelé pour que tu demandes au petit de rejoindre le groupe, je ne pensais même pas que tu faisais parti des gardiens !
Masato : Comme la dernière fois que tu m’as invité et que je me suis retrouvé mêlé à cette histoire bizarre … on ne pourra jamais avoir un rendez vous normal ?
Ritsu : Un rendez vous entre qui et qui ?
Masato : Bah, toi et moi bien sur !
Ritsu : Et c’est un type de vingt et un ans qui dit ça … Je te rappel que je suis encore trop jeune pour sortir avec les vieux !
Masato : Tu dis ça, mais sur Yukino ça te fait quoi ? Dix neuf ans ?
Ritsu : Dix huit ! Tu pourrais au moins téléphoner pour mon anniversaire si tu m’aimes autant que tu le dis !
Masato : J’ai jamais dit ça ! J’ai dit que je voulais avoir un rendez vous avec toi ! Et pas la peine de répéter cette petite conversation à Mitsune-chan !
Ritsu : Compte sur moi pour ne rien lui dire … Elle est insupportable avec ça …

Masato eu un petit rire avant de faire un signe de main à Ritsu qui le quitta pour rejoindre le reste du groupe qui chantait avec entrain les chansons de Tatsuya qu’ils semblaient connaître par cœur … Après le concert, comme le veut la tradition, ceux qui étaient venus s’assirent sur la pelouse où ils mangèrent tranquillement sous les cerisiers en fleur, comme le veut la tradition. Finalement, la journée n’était pas si catastrophique que ça, malgré l’attaque de Minatsuko … Mais Ritsu soupira tout en piochant dans l’une des brochettes proposées au buffet … Ce monstre avait été battu de justesse … Temps que les douze gardiens ne seraient pas réuni, il paraissait impossible de vaincre Minatsuko.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site