Suki-- ni kyuuka : Chapitre 1

Note de l'auteur : Bon et bien ... Voilà le premier chapitre de Suki-- ni kyuuka ... J'espère que vous vous rappelez à peu près de l'intrigue parce que j'ai la flemme de faire un réusumé XD. Cette histoire avance au rythme d'un chapitre par mois (le prochain chapitre (quatre), étant prévu pour le mois de Juin, precision) et je vous les posterais donc tous les mois ^^ Enfin ... ça m'a fait plaisir de retrouver Suichi, Sho, Sakura et les autres vu que je les ai longtemps délaissé pour m'occuper exclusivement de RJ ... dedans, j'ai mis tous mes personnages habituelles, c'est à dire Makoto, Megumu, Suichi ... mais aussi Mizuki qui a uniquement un one shot qui lui ait consacré ... j'aime beaucoup le personnage de Mizuki et j'espère un jour pouvoir ecrire une longue histoire sur lui ... sauf que c'est quelqu'un de difficile à mettre en scène --" Petite explication quand même ... chaque chapitre commence avec Suichi Yokoyama puis enchaine sur différentes personnes de la classe, dont les plus récurant sont Makoto et Mizuki (j'essaye de leur consacré un passage par chapitre) histoire de mettre du shonen ai dans chaque chapitre ... et puis aussi parce que je les adore XD


Chapitre 1 : 18 Fevrier, préparation

- Les enfants, n’oubliez pas que demain, le rendez vous est à six heures quarante devant l’école. N’arrivez pas en retard !
- HAI SENSEI !

Tous les élèves avaient hurlé d’une même voix avant de se lever. C’était enfin la fin des cours et toute la journée, ils avaient dû contenir leur joie … Demain, ils partaient tous trois jours en classe de neige ! Bien sur, devoir se lever à six heures un samedi matin, ça ne faisait pas plaisir à tout le monde, mais après, ils auraient trois jours tranquille. Seul Matsuhiko Nao, qui détestait le froid, faisait légèrement la tête en pensant à ces journées de « vacances » à Hokkaido et même Yamashiro Tamaki, le garçon le plus sérieux de la classe, se pressa hors de la salle sans écouter ce que Miyazawa Irie, la responsable de la classe, s’époumonait à dire … « saluer le professeur avant de sortir ! » et implorait l’aide de Yokoyama Suichi, la présidente du conseil des élèves, qui s’en fichait pas mal. Hana Sakura, sa meilleure amie et secrétaire du conseil, marchait à ses côtés en lui rappelant qu’il y avait une réunion ce soir là et qu’elle ne devait pas essayer de se défiler une fois de plus. En effet, Suichi était devenue présidente sans vraiment le désirer et essayer toujours de partir sans prendre compte de ses responsabilités.
Finalement, elle se rendit dans la salle du conseil, poussé par Sakura qui ne voulait pas être, une fois de plus, tenu pour responsable, où l’attendait déjà Yoshida Miyuki, la trésorière, Takamura Mizuno, le vice président, et plusieurs autre personne.

- Et bien Yokoyama, tu ne t’es pas enfuit cette fois, ironisa Miyuki en sortant un cahier.
- Ce genre de comportement est plutôt rare venant de toi, soupira Mizuno en attendant qu’elle s’assoit pour crier victoire.
- C’est bon, j’ai séché une ou de fois, on va pas en faire en maladie, soupira la fillette en s’installa sur une des chaises. Et on fait vite, j’ai mes valises à préparer pour demain.
- Yokoyama-san devrait penser un peu plus au conseil des étudiants … je pense, bredouilla d’une petite voix Mikimoto Ayumi, chargé des plus petites tâches au sein du conseil et qui vénérait presque Suichi la plupart du temps.

- Hum … soupira Suichi en laissant tomber sa tête dans les papiers qu’elle aurait dû traiter depuis une semaine. Je suppose qu’Ayumi-chan a raison … Mais quitte à me faire réprimander, je préfère que ça soit par elle que par Mizuno ou Miyuki.
- Yokoyama ! Se révolta le vice président en se levant. Bien que vous soyez la présidente du conseil,
vous devriez respecter un peu vos aînés ! Yoshida-senpai est en troisième année et je suis moi-même en seconde an …
- Oui … en fait c’est plutôt ça qui te dérange Mizuno-kun, ris la jeune fille tout en se dirigeant vers la
porte. Tu ne veux pas que j’oublis que tu es plus âgés que moi. Seulement, les problèmes de hiérarchie, moi, je m’en fiche ! Mata ne !

Suichi quitta la salle de cette façon et la tasse que tenait la trésorière dans sa main se brisa contre le sol après que celle-ci l’ait jeté de rage. Les réunions finissaient toujours mal quand la rouquine était dans la pièce ! Qu’est ce qu’elle faisait au poste de présidente ? Poste qu’elle convoitait depuis son entré au lycée ! Tous ces efforts brisés juste parce que cette gamine était populaire au sein de l’école … et pourquoi ? Parce qu’elle était sympathique, amusante, intelligente et sportive … pourquoi fallait il qu’elle ait toutes ces qualités aussi ?! Comment, à la place de Miyuki, pouvait on ne pas être jalouse ?
Sakura se courba pour s’excuser du comportement de son amie et quitta la salle à son tour avant de se courber une nouvelle fois. En courant, elle réussi à rattraper Suichi qui se trouvait devant l’école. Elle fixait la salle de conseil en la pointant du doigt, tel un pistolet et quand Sakura fut à sa hauteur, elle murmura « bang ». C’était son tic à elle, quand quelque chose l’énervait, sa façon de montrer qu’elle avait gagné … son arme personnelle.

- Suichi, tu as beaucoup énervé Yoshida-senpai et Takamura-senpai, une fois de plus. Il serait temps quand tu arrêtes de les provoquer.
- Je sais … mais les gens comme eux, je ne les supporte pas ! C’est plus fort que moi, je ne peux pas les afficher !

Sakura soupira mais retrouva le sourire en voyant Sasaki Ayumu, un garçon de leur classe qui, malgré son faible gabarit, était le champion de saut en hauteur de l’école s’approcha d’elles deux. Elle aimait bien Ayumu … s’était un garçon gentil et courageux, qui les considérait comme des grandes sœurs. Pour Sakura qui avait elle-même une grande sœur – ainsi qu’une petite – aimait discuter avec Ayumu … qui lui n’avait pas tellement de famille. Ses parents étaient sans arrêt absents et il était souvent seul à la maison. En temps normal, il ne parlait pas beaucoup mais quand il était avec les deux filles, il pouvait discuter pendant des heures.

- Sakura-nee-chan, Suichi-nee-chan, pour demain, les autres m’ont dit de vous prévenir d’apporter de quoi manger dans le bus. Je crois qu’ils ont l’intention de faire la fête …
- Pourquoi ne nous l’ont-ils pas demandé eux même ? Demanda Suichi en devinant la réponse.
- Ils disent qu’ils ont peur de s’approcher de Suichi-nee-chan et que si ils le font, les troisièmes années vont encore les embêter.
- Mais toi, les troisièmes années ne te font rien j’espère, continua la roussette en fixant l’adolescent.
- Ils ont essayé une fois mais Satoshi-nii m’a protégé et depuis, ils ne font plus rien.

Suichi sourit en imaginant Takahashi Satoshi, le champion de karaté du lycée, venir protéger le petit Ayumu contre une bande de troisième année … et surtout, elle ne pouvait jamais s’empêcher de sourire en entendant Ayumu appeler le garçon « Satoshi-nii ». Sans le vouloir, Satoshi s’était retrouvé à jouer les grands frères du première année le plus adorable … et qu’il ne voyait pas du tout comme un petit frère.

- Quand même … pauvre Satoshi … ça fait un peu pitié de voir qu’Ayumu-kun ne comprend pas ses
sentiments, pouffa Sakura lorsqu’elles se retrouvèrent seules
- On te demande pas ton avis Hana, la réprimanda une voix masculine à la sortie de l’école.
- Quand on parle du loup … souria la roussette en voyant Satoshi accompagné de son meilleur ami, Mitoreno Sho, le petit ami de Suichi, venir à leur rencontre.
- Qu’est ce que tu fais là ? Demanda Sakura en regardant Sho courir vers son amie.
- J’attends qu’Ayu-kun ait fini son club.
- Oh … tu l’attends même à la fin de son club, remarqua la rouquine en caressant les cheveux de Sho qui s’était agrippé à elle. Comme tu es dévoué … c’est trop mignon …

Satoshi la laissa parler, sachant bien que, même si elle se moquait, elle était heureuse qu’Ayumu ait trouvé quelqu’un qui le protège quand il se faisait attaquer et embêter par des élèves plus âgés, ce qui lui arrivait fréquemment. Elle fit au revoir de la main à Satoshi et se dirigea vers chez elle, après avoir dit « bye bye » à Sakura qui n’habitait pas dans le même quartier, suivit de près par Sho qui vivait tout près de sa maison.
A peine arrivé, elle jeta son sac dans l’entré et retira ses chaussures pour enfiler une paire de chaussons blancs, cadeau de son petit frère, Tatsuya, pour son anniversaire. Le garçon l’accueilli quelques minutes plus tard avec un tablier autour du cou. Comme chaque jour, s’était lui qui faisait la cuisine. C’était la passion et il aimait essayer de nouvelle recette chaque soir … s’était comme ça depuis le départ de son père pour la Grande Bretagne car sa mère, infirmière dans le seul hôpital de la ville, rentrait rarement le soir.

- Aujourd’hui se sera nouille onee-chan. J’ai commencé à te sortir des vêtements d’hivers pour ton voyage de demain mais si tu pouvais continuer seule, ça m’arrangerait … je préfère surveiller la cuisson de près.

Suichi acquiesça et se dirigea vers sa chambre, où étaient déjà sorti une grande valise et plusieurs pulls chauds. La jeune fille s’assit son lit et resta un moment sans rien faire. Elle était vraiment ravie de partir quelques jours à la neige, mais cela voulait dire laisser seul son petit frère pendant tout ce temps. Bien sur, il était capable de se débrouiller, mais tout de même … Elle était un peu inquiète.

Makoto

Mimomiya Makoto soupira, assis sur le lit pendant Tekemoto Akira, élève en troisième année dans le même lycée, vidait les placards afin de « l’aider » à préparer son sac.

- Akira-kun, je pars seulement trois jours, pas pendant un mois !
- On ne sait jamais ce qui peut arriver ! Tu peux rester bloqué dans la neige et rester là bas plus longtemps !
- C’est hors de question ! J’voulais déjà pas y aller à ce voyage … C’est toi qui m’a dit « allez, ça va être amusant » …
- Avoue que tu avais quand même envi d’y aller.

Makoto se tue … il n’avait pas envi d’avouer une chose pareil, s’était une question d’honneur. Il s’allongea sur le lit et soupira de nouveau. Il lui avait fallut une semaine pour obtenir l’autorisation parentale. Il vivait chez Akira, qui en plus d’être son colocataire était son petit ami, comme un squatteur depuis un an et ne rentrait jamais chez lui … il avait été obligé de retourner dans cette maison qu’il détestait juste pour avoir le droit de faire le voyage et il s’était senti vraiment minable quand il s’était retrouvé devant son père … l’homme qui détestait le plus au monde.
Akira compris ce qui tourmentait son ami et arrêta de bourrer la valise pour s’assoire près de lui et il lui caressa les cheveux en lui disant que s’était entièrement la faute de son père si il était parti et qu’il n’avait donc pas à avoir honte. Tout en installant sa tête sur les cuisses d’Akira, Makoto répliqua que son père n’avait pas arrêté de le rabaisser tout en signant les papiers.

- C’est ça qui te gêne en fait, non ?
- Un peu …

Makoto ne dit plus rien après ça. Il préférait mourir que de dire à son senpai que la véritable raison pour laquelle il ne voulait pas faire le voyage était qu’il ne voulait pas le quitter … s’était vraiment trop ridicule de dire une chose pareil. Il retira alors sa tête des cuisses du jeune japonais et vida entièrement la valise pour la refaire proprement. Il partait trois jours donc il avait besoin de trois pentalong et de trois tee-shirts … pour ce qui était des pulls, il se sentirait plus rassuré avec quatre polaires, il risquait de faire froid là bas. Il en choisit donc trois qui lui semblaient bien chaudes et, pour le quatrième, opta pour un vieux pull en laine que lui avait offert la mère d’Akira pour son anniversaire de l’année précédente. Il le rangea à son tour dans la valise avec une pointe de regret … il n’avait pas pris un centimètre depuis qu’on le lui avait donné. Il choisis ensuite méticuleusement le pyjama qu’il prendrait … il avait l’habitude de porter celui avec des ours lorsqu’il était avec Akira mais … s’était un peu ridicule non ? Qu’est ce qu’il pouvait choisir à la place ? Il n’allait pas dormir en caleçon quand même ! Voyant son embarras, Akira rigola de bon cœur et lui proposa de lui en prêter un à lui. Makoto accepta avec joie … il serait probablement bien trop grand mais avoir quelque chose à Akira le rassurait déjà un peu … Il réfléchis un moment … qu’est ce qu’il pouvait bien avoir oublié … Ces sous vêtements bien sur ! Il se frappa la tête, surpris de sa propre bêtise et courut les chercher.

- Tu vois, ma valise est faite et elle est bien moins grosse que quand c’est toi qui t’en charges.
- J’admets que tu es un maître pour ce sujet … Tu mérites une récompense.

Akira prit la tête de Makoto entre ses deux mains et regarda le visage du jeune garçon rougir en se retint de rire en l’embrassant … il était vraiment trop mignon !

Mayuko

Sawamura Mayuko refit l’inventaire de ce qu’elle avait mis dans son sac pour la cinquantième fois alors que son père lui hurlait que si elle n’allait pas se coucher rapidement, elle serait incapable de se lever le lendemain. De toute façon, elle était incapable de dormir. Trois jours et trois nuits avec le reste de la classe, s’était son rêve qui devenait réalité ! S’était elle qui était à l’origine de ce voyage. Bien que timide et réservé, elle avait toujours rêvé d’un projet comme ça, afin de faire des souvenirs avec sa classe … la classe C était très soudée et Mayuko allait partir en Chine l’année suivante et ne voulait pas quitter les autres sans avoir fait un voyage avec eux. Elle avait donc surmonté sa timidité et était allée voir le directeur pour ui faire part de son projet … qui avait été immédiatement accepté. La classe C était la meilleure de toutes les premières années et les professeurs avaient trouvé que ça pourrait être une bonne idée de récompense … ainsi, la proposition avait réussi à devenir réelle et la jeune fille avait été ravie de l’apprendre … mais maintenant … elle se sentait un peu gênée à l’idée de partir trois jours avec les autres … certes, ils l’avaient tous remercié pour cette idée mais peut être qu’ils allaient lui faire la tête … en plus, Mimomiya Makoto n’avait pas eu l’air emballé par le voyage … elle aurait pourtant lui faire plaisir au moins une fois avant son départ … Elle aimait beaucoup le jeune garçon mais n’avais jamais osé lui parler, comme la plupart des filles de la classe. Makoto était toujours entouré des plus beau garçon de l’école, à savoir Ayasumi Mizuki, Miyagi Yoshiki, Takashi Megumu, Yoshizawa Shûichi, Tekemoto Akira … et même le professeur de littérature, Tashimoto Arumi … ça en imposait un peu et même si il était très sympa, on évitait de l’approcher, gêné par la lueur de star autour de lui … ouai … s’était quand même dommage parce que Makoto était vraiment adorable, avec sa petite tête qui rougissait constamment et son air timide dès qu’il n’était plus avec Akira … qu’est ce qui pouvait bien les lier d’ailleurs tous les deux ? Tout le monde savait qu’il vivait ensemble mais on ne savait pas qu’elle sorte de relation ils avaient … mais en tout cas, ils étaient presque toujours ensemble.
Mayuko le niait toujours quand ces amis le lui disait, mais peut être était elle un peu amoureuse du jeune garçon … il faut dire que son air européen, avec ses cheveux blonds et ses yeux verts, lui plaisait beaucoup … On disait qu’il tenait de sa mère, une française … Quelqu’un avait un jour tenté d’expliquer à la jeune fille la situation familiale de Makoto, mais ça avait été peine perdu … s’était super compliqué ces histoires de famille ! De toute façon, ça n’était pas tellement important … Elle l’aimait comme il était de toute façon, peut importe sa famille, s’était de l’individu qu’elle était amoureuse. Tout en pensant à Makoto, elle pris l’ours en peluche avec lequel elle dormait chaque soir et s’allongea sur son lit.

Mizuki


Ayasumi Mizuki n’en pouvait plus d’entendre ses parents se disputer. Il venait à peine de raccrocher le téléphone que déjà, il n’entendait plus que leurs cris. Il aurait vraiment aimé passer plus de temps à discuter ave Tashimoto Arumi, son professeur de littérature … tous les deux sortaient ensemble depuis bientôt un mois mais il devait faire attention à ce que personne ne le découvre, aussi ne pouvait il se téléphoner que le soir et cette situation agacée un peu Mizuki qui enviait souvent Mimomiya Makoto, son meilleur ami, qui vivait avec la personne qu’il aimait … parfois, lui aussi avait envi de quitter sa maison et de s’installer chez Tashimoto-sensei. Il ne supporter plus ses parents ! Si ils ne s’entendaient pas, ils n’avaient qu’à ne plus vivre ensemble, s’était logique non ? Alors pourquoi s’accrochait il à ne pas se séparer et à continuer d’hurler chaque jour un peu plus fort ? Pour Mizuki, ce voyage était inespéré. S’était l’occasion de faire un break, de ne plus les entendre pendant trois jours … peut être que ça leur permettrait de réfléchir et qu’ils seraient de nouveau calme à son retour …

« Ouais enfin … faut pas trop rêver non plus »

Pensa le jeune garçon tout en regardant la photo de Tashimoto-sensei qu’il avait sur son portable. Il lui avait fallut longtemps pour convaincre son professeur de se laisser prendre, déjà parce qu’il avait peur que quelqu’un tombe dessus et surtout car il détestait les photos … mais Mizuki avait plus d’un tour dans son sac et avait fini par l’avoir … et maintenant, il ne se lassait jamais de la regarder. Cette photo, s’était son trésor et il ne laissait plus personne toucher son téléphone … il avait trop peur que quelqu’un supprime la photo par inadvertance. … s’était stupide, mais s’était comme ça.
Mizuki, qui s’était allongé dans son lit, soupira et se releva pour vérifier une nouvelle fois sa valise. Ça ne servait à rien, mais ça l’occupait, puisque, de toute façon, il ne parviendrait pas à trouver le sommeil avant que ses parents aient arrêté d’hurler … et il y en avait encore probablement pour quelques heures … jusqu’à trois ou quatre heures du moyen en général … s’était navrant de voir des adultes « responsables » se disputer de cette façon. Il avait vraiment honte pour eux. Vers une heure trente, il en eu marre d’entendre les cris et ouvrit sa fenêtre. Il avait découvert au début du mois qu’il pouvait très facilement accéder au toit en passant par la fenêtre de sa chambre et depuis, il s’y réfugiait chaque fois qu’il y avait un problème. Il faisait un peu frais mais il s’y sentait bien. Il repensa au voyage … pendant trois jours et trois nuits il allait pouvoir dormir sans être obligé de supporter les cris de sa mère et de son père … et surtout, il allait pouvoir être avec Tashimoto-sensei autant qu’il voulait. Justement … pourquoi ne pas l’appeler ? Il savait qu’il ne dormait pas et il avait vraiment besoin de parler avec quelqu’un !

Kaito

Nishimura Kaito était complètement passionné par sa série et n’écoutait même pas son frère qui l’exhortait d’aller le coucher. Il avait découvert ce drama à peine quelque jour avant mais tout son argent de poche y était passé. Il savait qu’il était considéré comme l’otaku de l’école mais il n’en avait pas honte. Oui, il aimait les mangas, les animes et les dramas, et alors ? S’était normal non ? Son grand frère était mangaka, il nageait donc en pleine culture depuis qu’il était petit ! Mais il n’avait jamais regardé un drama aussi bien ! Une série sur les médecins … s’était vraiment réussie, même si il se sentait parfois très mal, aussi bien pour les patients que pour les médecins. Lui qui ne voulait jamais mettre un pied à l’hôpital, voilà ce qu’il fallait pour le réconcilier ! Désormais il se sentait à appeler chaque fois qu’il se sentirait vraiment malade. Sa haine des hôpitaux remontaient à très longtemps … à l’époque du bac à sable, quand il était encore ami avec Yokoyama Suichi. Cette fille était l’idole de la classe mais lui ne la supportait pas. Il la considérait toujours responsable de la mort de sa meilleure amie, Nanatsuchi Nayuki. Elle était présente quand elle avait un accident et elle n’avait rien fait pour la sauver ! Pourquoi avait il fallut que ça soit Nayuki qui meurt et pas Suichi ? Il ne comprenait pas ! Suichi avait toujours eu une belle vie et pourtant, elle avait échappé à la mort alors que Nayuki qui était née avec une maladie incurable était passé sous les roues de la voiture ! « Kaito-kun, tu sais, elle serait morte dans la semaine quoi qu’il arrive. » « Tu ne devrais pas prendre Suichi comme exutoire … elle aussi elle souffre de la perte de sa meilleure amie tu sais. » « N’embête pas Yokoyama pour le moment, elle est encore en train de faire le deuil de son père et de sa cousine » … « Pourquoi est ce que vous la protégez tous ? C’est entièrement sa faute ! Si elle n’avait pas été là, Nayuki serait toujours en vie ! » … mais le pire pour lui avait été de revoir Suichi, un mois plus tard. Il avait entendu dire qu’après l’accident, elle avait refusé de sortir de chez elle et en effet, il ne l’avait pas vu à la garderie pendant longtemps … en fait, elle n’y était plus jamais retournée … et la seule chose qu’elle a trouvée à dire quand elle l’avait revu, ça avait été qu’elle lui adresse la parole. « Je suis vraiment désolé pour ce qui est arrivé à Nayuki … je suis désolé, tout est entièrement ma faute … » … pourquoi avait il fallut qu’elle l’admette ? Pourquoi avait il fallut qu’elle s’excuse ? Si elle l’avait ignoré, il aurait pu
l’accuser ! Seulement, elle regrettait se qui s’était passé …
Après cette aventure, Kaito s’était intéressé aux mangas et ne lisait à présent plus que ça. Finalement, il était devenu ce qu’il était maintenant. Mais il était déjà deux heures du matin et il risquait d’être très fatigué le lendemain si il n’allait pas se coucher maintenant … En même temps, il pourrait toujours dormir pendant le trajet. Si il avait bien compris, ils allaient prendre le car … il y en avait bien pour cinq ou six heures … voir peut être même plus ! Il aurait le temps de faire plein de chose. Il avait pris son lecteur de DVD et la fin de son drama … il n’aurait qu’à continuer tranquillement le lendemain … tout était finalement tellement simple qu’il avait envi de rire de la peur qu’il avait eu au début. Il soupira et s’avachi sur son lit en répondant que, s’était bon, il allait dormir, pas la peine d’hurler. Depuis le départ des ses parents en Chine pour le travail, le frère aîné, Yuto, s’occupait seul de ses cinq petits frères en plus de son travaille de mangaka et ce n’était pas toujours facile.
Kaito s’en voulait malgré tout un peu de parler toujours aussi durement à son frère … il savait que Yuto faisait de son mieux pour eux et qu’il se privait et passait des nuits blanches à travailler sur ces œuvres … lorsqu’il s’en voulait vraiment, comme maintenant, il ne résistait jamais longtemps. Deux minutes plus tard il était dans la chambre que Yuto partageait avec Yusuke, le plus jeune des frères, qu’il avait transformé en atelier.

Tomoki

Yamashita Tomoki dormait paisiblement, sa valise posée dans l’entré et toutes ces affaires prêtes depuis plusieurs jours. De toute la classe, il était la personne la plus organisée. Dans son sac, tout était toujours bien rangé, ses cahiers étaient incroyablement propre si bien que s’était toujours à lui qu’on venait demander de l’aide quand on avait mal suivit, bref, pour la plupart, s’était un garçon parfait, une personne que confiance à qui on pouvait tout expliquer. Mais en vérité, Tomoki se serait volontiers passé de cette pub gratuite qui ne lui permettait pas de s’approcher de Yokoyama Suichi. Les autres avaient de supers excuses … « Tu voudrais bien m’aider à m’améliorer en sport ? » « J’ai besoin d’aide pour l’anglais, j’arrive pas à comprendre le dernier cours » « Tu peux me prêter ton japonais, je n’ai pas bien copier la fin du cours » … mais Tomoki était considéré comme parfait et, de ce fait, n’avait aucun moyen de s’approcher d’elle … même si elle ne se serait probablement pas intéressé à lui puisqu’elle était déjà avec Mitoreno Sho … Contrairement à la plupart des garçons de la classe, Tomoki n’avait rien contre le jeune garçon … il avait réussi à sortir avec Suichi parce qu’il était la seule personne qui la comprenait vraiment, il ne servait à rien de l’envier, mais comment faire comprendre ça aux autres ? Tomoki cherchait toujours la solution, après plusieurs mois de reflexion.
Oui, franchement, quand on regardait Tomoki, on ne voyait rien à lui reprocher. Il avait toujours été élevé dans le respect qu’il avait reproduit et était bon dans toutes les matières … mais parfois, il avait vraiment envi d’avoir exprès de mauvaises notes pour que les gens ne le voient plus de la même manière … pour que les gens s’intéressent à lui pour ce qu’il est et pas pour les notes qu’il a. Décidément, certaine chose était incroyablement plus difficile que de faire plaisir à tout le monde … comme quoi, il était plus simple d’être la personne que les autres voulaient que l’on soit plutôt que d’être celui qui nous plait.

Ayumi

- C’est bon, maman ! Tu vas arrêter d’essayer de contrôler ma vie ? J’y peux rien si le voyage tombe maintenant !
- Ne me parle pas comme ça Ayumi ! Reviens ici tout de suite … Ayumi !

C’était trop tard et la mère d’Ashizawa Ayumi était déjà en train de parler dans le vide. Sa fille avait claqué la porte et était partie, son sac sur l’épaule, dormir chez la première personne qui serait d’accord pour l’héberger. La personne qui habitait le plus près était Mimomiya Makoto mais elle ne lui adressait jamais la parole et en plus, elle risquait de le déranger … il était avec Tekemoto Akira non ? Ce garçon de troisième et lui formaient un couple plus mignon qu’il n’y semblait quand on y pensait mais Akira était connu pour être un véritable pervers aussi personne n’osait parler à Makoto de sa relation avec lui. Quand à Ayumi … elle avait eu une bonne relation avec le garçon quand il avait été transféré dans sa classe … ça devait probablement être à cause de ces côtés garçons manqués qu’il ne l’avait pas traité comme les autres filles … Makoto avait peur des filles et n’osait même pas s’en approcher mais il était devenu assez ami avec Ayumi … mais la jeune fille avait coupé tout contact après être passé chez lui un jour où il avait été malade. Elle s’était donnée du mal pour rassembler tous les jours de la journée, elle qui habituellement ne suivait pas en classe, et était allé jusqu’à la grande maison dans laquelle il habitait encore à l’époque. C’était il y a très longtemps maintenant qu’elle y pensait … ils étaient encore au collège … Elle avait sonné, particulièrement intimidée, et bizarrement, s’était lui qui était venu lui ouvrir. Il semblait essoufflé et dès qu’il fut au niveau du portail, il lui avait pris la main et avait commencé à courir dans la rue.

- Merci, tu m’as sauvé, avait il dit quand ils arrivèrent à un point éloigné de chez lui
- Qu’est ce que tu veux dire ?
- Tu as distrait mon père exactement au bon moment … j’ai pu sortir pendant la demi seconde où il a regardé ailleurs.
- Mais tu n’es pas censé être malade ? C’est ce que le professeur a dit …
- ça, c’est l’excuse de mon père … sa femme c’est énervée et m’a blessé à la joue … il ne voulait pas avoir à l’expliquer alors il a inventé cette histoire.

Après avoir entendu ça, Ayumi avait regardé la joue du garçon … il y avait un pansement qui, bien qu’ayant été, vraisemblablement, changé il y a peu de temps, était rouge sang … en voyant sa, elle tendit les feuilles de cours à son ami et s’enfuit en courant pendant qu’une voiture noir venait récupérer Makoto. Après ça, elle ne lui avait plus jamais adressé la parole, probablement parce que, s’était retrouvé impuissante à ce moment là, elle avait peur que le garçon la déteste … mais voilà qu’elle passait devant l’appartement où il vivait à présent … ses pas l’y avait conduit malgré elle … peut être voulait elle se faire pardonner … mais il était trois heures du matin et tout le monde devait dormir … elle n’avait plus qu’à rester quelque part pour passer la nuit. Pourquoi pas a l’école ?

- Akira-kun, ici, regarde … Ashizawa-chan !!! Qu’est ce que tu fais dehors à cette heure-ci ?
- Cris moins fort Makoto ! Si tu déranges les voisins, on va avoir des problèmes avec le propriétaire !

Elle leva les yeux vers une fenêtre éclairée où deux garçons étaient en train de l’inviter à monter … peut être que finalement, la soirée ne finissait pas si mal que ça … la dispute avec sa mère n’était pas si mal tombé …

Masato

Aizawa Masato tenait fortement son téléphone dans sa main en traînant dans la ville de Sakurajo. Il vivait seul avec son père qui était médecin et lorsqu’il était de garde, il restait dehors assez tard. Masato n’aimait pas être seul chez lui, cela lui rappelait trop les moments qu’il passait avec sa mère … elle était encore là quelques années auparavant et brusquement, elle avait annoncé qu’elle souhaitait divorcer … que s’était trop dure pour elle de vivre avec un mari constamment absent … Masato avait été vraiment triste de cette séparation et avait beaucoup pleuré et en même temps, il en voulait à sa mère ! Elle avait décidé de quitter son père alors que celui-ci faisait de son mieux pour sauver des vies … et elle était partie au moment le plus difficile pour lui … Au moment de l’accident de bus qui avait tué le père de Yokoyama Suichi, une de ses camarades de classe. Ça avait été la première fois que son père s’était retrouvé impuissant … il se souvenait qu’il n’était pas rentré pendant plusieurs jours après ça … Le pire pour lui avait été d’avoir échoué devant Yokoyama Shiori, la mère de Suichi qui était, ce jour là, l’infirmière chargée de l’aider. Bien que la
jeune femme ne lui en avait jamais voulu, il s’était toujours senti responsable … et ce soir encore, en regardant le ciel, Masato ne pouvait s’empêcher de penser au visage décomposé par les larmes qu’avaient Suichi lorsqu’il l’avait croisé, ce jour là, à l’hôpital. Maintenant, tout été rentré dans l’ordre … la mère de Suichi était remariée et la jeune fille avait séché ses pleurs … mais Masato ne pouvait oublier ce jour … Même après l’accident, Suichi avait continué à lui parler comme avant et Masato lui avait demandé une fois … « comment fais tu pour ne pas m’en vouloir alors que mon papa a tué le tien ? » Il se souvenait encore de la réponse mature que lui avait donné la jeune fille … « Il n’a pas tué mon père, il n’a pas pu le sauver … mais grâce à lui, moi, je suis encore en vie et j’ai pu lui dire au revoir une dernière fois. Les médecins ne peuvent pas sauver tout le monde, et même quand ils les sauvent, la seule chose qu’ils peuvent faire, c’est rallonger leur vie » … elle avait raison … il murmura cette phrase à mis voix et remis son sac de voyage, qu’il avait soigneusement préparé avant de sortir, convenablement sur son épaule pour prendre le chemin de l’hôpital. Ce soir, son père et la mère de Suichi était de garde … les connaissant, ils avaient probablement été tellement absorbés par leur travaille qu’ils en avaient oublié de manger. Masato avait pris avec lui deux bento … son père crierait forcément un peu en voyant qu’il était sortit dehors à cette heure, mais il finirait par le prendre dans ses bras en lui disant « merci beaucoup », comme chaque fois.

Misaki


Hanabi Misaki soupira … il était seulement quatre heures du matin et son chat était déjà en train de lui lécher le visage … parfois, il se demandait pourquoi qu’il aimait autant cet animal mais très vite, il ne lui en voulu plus … s’était le jour J, le grand départ ! Il caressa Tama et se leva … après tout, il n’était jamais trop tôt pour ce préparer. Il vivait seul avec Tama dans un petit studio depuis qu’il avait décidé de devenir indépendant. Ses parents lui envoyaient chaque mois l’argent pour le loyer mais s’était la seule chose qu’ils faisaient. Pour payer ses cours et son repas, Misaki se débrouiller seul, s’était comme ça qu’il avait décidé avec ses parents. A vrai dire, ils avaient d’abord pensé qu’il ne tiendrait pas deux jours mais cela faisait deux ans que Misaki travaillait dans un konvini et qu’il ne les appelait que le week end, aussi avaient ils décidé d’arrêter de s’inquiéter et de respecter son choix … et ça, Misaki en était ravi ! Il soupira en versant ses croquettes favorites à Tama … il ne devait pas oublier de le déposer chez la voisine avant de partir. Dans l’entré, son sac à roulette bleu dans lequel était rangé toutes ces affaires prenaient un peu de place mais lui rappelait qu’il allait passé trois jours de rêves. Il sourit et fouilla les placards pour se préparer un chocolat chaud … déjà le soleil était en train de se lever.

Au mois prochain pour le chapitre deux ^^

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site