Un amour éternel

Titre :Un amour éternel
Personnages : Akihiko Sawamura (16 ans - 1er année de lycée) et Yoshiki Miyagi (16 ans - 1er année de lycée)
Résumé : Akihito est un shinigami. Sa mission, conduire les âmes des défunts à leur destination. Sa motivation, protéger le garçon pour qui il a donné sa vie et dont il est amoureux depuis longtemps. Mais quand on est mort, comment faire comprendre ses sentiments à l'autre ?
Avis : J'aime beaucoup les shinigami alors j'ai été ravi d'écrire une histoire qui parle d'eux. J'aimerais aussi faire une histoire sur les yôkai mais ça, c'est autre chose, on verra plus tard ... pourquoi pas entre un yôkai d'apparence humaine et un psyon ? ... Une idée à creuser ... Quoi qu'il en soit, le présent d'Akihito ou même son nom n'est jamais énoncé dans cette histoire. A l'origine c'est parce que j'avais la flemme de lui en trouver un mais une prof de français vous expliquerait que c'est pour montrer qu'il efface lui-même sa propre existence. Je me rends compte seulement maintenant qu'il n'y a que la première histoire qui n'était pas à la première personne XD
Avertissement : Un léger shonen ai

Cet OS fait partie du recueil petites histoires pour grosses déprimes

Histoire 4 : Un amour éternel

Parfois, certaines personnes meurent avant d’avoir accompli tout ce qu’elles souhaitaient. Parfois, ces regrets sont tels qu’ils risquent de devenir dangereux pour les autres … ces personnes peuvent alors devenir des « shinigami », des dieux de la mort, chargés de prendre la vie des autres pour exaucer leur propre rêve. C’est un travail égoïste et pourtant, je fais parti de ces gens sans scrupules qui, pour leur désir, détruisent la vie d’autres …
Je suis mort à seize ans, accident de voiture. Je venais juste de fêter mon anniversaire et je rentrais avec mes amis d’un karaoké quand une voiture a déboulé de nul part. J’ai voulu le protéger et je me suis retrouvé projeté contre la vitrine d’un magasin. Je ne sais plus vraiment si ça a fait mal mais je sais que je suis mort rapidement … Mon plus grand regret, celui qui m’avait permis d’être Shinigami, n’était pas de ne pas lui avoir fait ma déclaration, c’était de n’avoir pas su le protéger jusqu’au bout … « lui », c’était Yoshiki Miyagi, un garçon de ma classe. Il était l’élève le plus âgé de la classe et était né à milieu du mois d’Avril. Je n’avais jamais pu lui avouer ce que je ressentais pour lui, tout d’abord car il était déjà amoureux, mais surtout parce que nous étions tous les deux des garçons … J’étais entouré de couples d’homos quand j’étais encore en vie (parmi mes amis, ils s’étaient tous passé le mot … Mizuki était même amoureux de son professeur de litérature) mais malgré tout, je me sentais mal face à mes propres sentiments. Maintenant que je suis Shinigami, je le surveille, faisant tout pour le protéger quand il en a besoin … mais cela n’arrive que rarement. Yoshiki est très fort et sait se défendre … moi, j’en suis incapable. Je suis un lâche et c’est toujours lui qui venait à mon secours quand on m’embêtait dans la rue … c’est comme ça que nous sommes devenus amis d’ailleurs. Je ne traînais pas tout le temps avec lui, étant plutôt timide, mais cela ne m’empêchait pas de toujours le regarder de loin. Il venait toujours me chercher quand j’étais seul aussi, même une fois mort, il m’était impossible de l’oublier.
Une seule personne était au courant de cet amour que j’avais pour Yoshiki … c’était Makoto Mimomiya, un autre de mes camarades de classe … Il était le plus petit et aussi probablement le plus timide. Il était du genre à toujours tout garder pour lui alors je pouvais être sur qu’il ne dirait jamais rien à Yoshiki, c’était dans son caractère. Mais en plus d’être un garçon gentil et sympathique, il était surtout la personne que Yoshiki aimait. Tout le monde le savait, sauf lui qui ne s’en était jamais rendu compte et qui, de toute façon, était déjà amoureux d’une autre personne.
Les histoires d’amours sont souvent très compliquées … on dit qu’on ne retombe jamais deux fois amoureux de la même manière, que chaque expérience est unique … on dit aussi que le premier amour est celui dont on se souviendra toute sa vie … je veux bien y croire, moi qui suis mort … toute fois, mon premier amour étant Yoshiki, je ne pouvais pas dire si je ne l’aurai pas oublié en tombant amoureux de quelqu’un d’autre …
C’était étrange ce sentiment de culpabilité que j’avais … lorsque j’étais vivant, je m’en voulais d’avoir des sentiments amoureux pour un garçon et, qui plus est, un de mes camarades, mais maintenant, je m’en voulais de ne pas le lui avoir avoué. Mais finalement, je ne devais pas oublier qu’il aimait Makoto … il était donc probablement préférable qu’il ne soit pas au courant de mes sentiments toute fois … cela me rappelait un peu une discutions que j’avais eu une fois avec Makoto lorsque je lui avait expliqué, sans nommer personne, que mon amour était impossible car celui que j’aimais était déjà amoureux de quelqu’un d’autre … il m’avait répondu avec son éternelle voix douce que si je l’aimais vraiment, je n’avais qu’à lui faire oublier cette personne … je me souvenais car c’était des propos que je n’aurais jamais imaginé dans la bouche de ce jeune garçon toujours sage … comme quoi il ne faut vraiment jamais se fier aux apparences.
Tous les jours, même lorsque j’avais des missions, je m’arrangeais pour survoler mon ancien école afin de voir si Yoshiki allait bien … c’est de cette façon qu’une fois, j’ai surpris une étrange conversation … Yoshiki n’était apparemment pas là … est-ce qu’il était malade ? Ce doute m’envahit et je volai alors jusqu’à sa maison en prévenant mon partenaire qu’il ne devait pas m’attendre. Yoshiki était dans sa chambre et ne semblait pas malade du tout … il contemplait une vielle photo de classe en soupirant.

- J’aurais jamais cru que cette andouille puisse me manquer autant … pourquoi est-ce que ce crétin a voulu me protéger ! Il aurait pu rester en vie ! Quelle andouille il peut faire celui-là !!

Je me sentis mal … c’était la
première fois que je me rendais compte à quel point Yoshiki tenait à moi malgré les apparences … Alors il avait deviné que j’avais tenté de le protéger ? L’accident me revint en mémoire … quand j’avais vu que la voiture risquait de le blesser, je m’étais interposé, encaissant le choc à sa place … pourtant aujourd’hui, alors qu’il se décidait enfin à sortir de chez lui pour aller en cours, je n’étais plus là pour le protéger … et mon coéquipier venait justement de revenir en m’informant d’une nouvelle mission … nous avions une nouvelle âme à aller chercher … c’était celle de Yoshiki-kun, qui allait, d’après la convocation, mourir aujourd’hui même dans un accident.
En voyant la feuille que tenait mon partenaire, j’aurais dû me rendre à l’évidence mais je refusais de croire que la vie de Yoshiki allait s’échapper aussi bêtement alors que je m’étais efforcé de la protéger au péril de la mienne ! Il suffisait que je ne sois plus là pour qu’il meurt aussi bêtement … c’était hors de question. Je savais bien que je n’avais pas le droit de contester les ordres d’Enma-sama mais je ne pouvais pas accepter ! Je ne savais pas comment j’allais faire pour le protéger, mais il impossible que je le laisse mourir comme ça après avoir tout donné pour le sauver …
Quelques minutes après avoir lu l’annonce de la mort de Yoshiki, j’entendis un crissement de pneu qui venait de la rue, un bruit de choc … La victime lâcha son sac lors de l’impact et le corps s’envola pour atterrir un peu plus loin sur la chaussée, laissant une trace rougeâtre sur les quelques mètres où il avait roulé … l’heure pour moi de guider l’âme de Yoshiki vers la prochaine destination était proche mais je ne pouvais m’y résoudre.
Le seul souvenir que j’avais de ce qui s’était passé tout de suite après ma mort était une salle sombre avec un homme en noir devant moi. Il m’avait guidé vers un bureau d’assignation où j’avais du apposer ma signature à coté de mon nom sur un registre étrange … Quand on m’avait annoncé de but en blanc que j’étais mort, j’ai refusé d’écouter la suite du discours et j’ai hurlé que je devais encore protéger Yoshiki … après cela, j’avais effectué une sorte de test qui me permit de devenir Shinigami. Avant ça, je n’avais jamais vraiment cru à ces trucs … Pour moi, quand on était mort, on était mort, basta. Mais en ce moment même, j’étais moi-même une de ces créatures dont j’avais toujours refusé l’existence.
Depuis que j’étais devenu Shinigami, j’avais plusieurs fois revu la salle sombre où je m’étais réveillé après mon accident mais aujourd’hui, ça me semblait différent. Lorsque Yoshiki ouvrit les yeux, il compris ce qui s’était passé et je n’eus rien besoin de dire … son indifférence face à moi me fit d’ailleurs très mal au cœur mais malgré tout, je commençai à parler. Je n’avais rien prévu de dire et les mots m’échappaient totalement …

- Normalement, mon travail serait de te conduire dans le monde des morts, tu vois Yoshiki-kun, c’est le boulot des Shinigami … complètement naze comme boulot d’ailleurs … je déteste ça … me dire que dans un sens, c’est moi qui tue les types pour mon propre intérêt … c’est un boulot ingrat mais faut bien que certains le fassent … Mais pour moi, m’occuper de ton cas est encore plus crétin que de transporter des bonnes âmes au paradis parce que c’est pour veiller sur toi que je me tape ce travail … alors si c’est moi qui te tue, ça ne sert à rien du tout, c’est ce que je me suis dit … Je pense que je vais me faire engueuler par Enma-sama, mais je vais faire une grosse bavure et me contenter de guérir les blessures qui t’ont été faites pendant le choc … et ouais, c’est un des trucs cool quand t’es Shinigami ça !
- Baka … pourquoi tu fais toujours tout pour me sauver ? Demanda Yoshiki qui semblait avoir retrouvé toute sa faculté à réfléchir.
- Tu ne le devines pas ? Parce que je t’aime pardi … Je crois que de nous deux, tu es de loin le plus bête en ce qui concerne les sentiments.

Ce fut tout … la dernière chose que Yoshiki entendit de ma bouche avant de se réveiller quelques semaines plus tard sur un lit d’hôpital … tout le monde disait que sa situation était un miracle. Deux mois plus tard, il eut le droit de retourner à l’école. Quand à moi, je fus bien sûr puni pour ne pas avoir accompli mon devoir … Enfin, si on appelle ça une punition … je ne suis maintenant plus un shinigami … on m’a assigné la fonction de surveiller et protéger mon petit groupe d’amis … Enma-sama m’avait dit que c’était « la seule chose à faire pour éviter mes bêtises ». De son côté, Yoshiki a toujours autant la classe ! Tiens, d’ailleurs, pendant que je vous parle, il y a une fille super canon qui lui
fait sa déclaration … depuis son retour, ce genre de situation m’est beaucoup moins pénible, mais écoutons donc, c’est mon passe temps préféré après tout … écouter les confessions de ces jeunes filles …

- Désolé, répondait la voix grave de Yoshiki avec un petit sourire qui montrait qu’il l’était vraiment. Je suis déjà amoureux …
- Qui est-ce ? Demanda alors la jeune fille … Kanako Utsumishi si mes souvenirs ne me trompaient pas. Vous sortez ensemble ?
- Hum … c’est un peu plus compliqué.
- Un amour à sens unique ?
- Non … un amour à longue distance … très longue distance … et je pense que je ne suis pas prêt de rejoindre cette personne dans les conditions actuelles. Mais ça n’est pas grave puisque je sais que je l’aime et que c’est réciproque.

Tout en disant cela, il avait souri, un vrai sourire cette fois, et s’était tourné vers le mur contre lequel j’étais adossé, comme si il avait senti que j’étais là … vous savez quoi ? Je suis le mec le plus heureux du monde !
 
END

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site