Aniki no tomodachi

En ce moment, j'écoute pleins de musiques en japonais et même en français alors c'est un peu galère pour écrire alors j'ai décidé de faire une pause (en effet, quand les chansons sont en français, j'ai tendance à chanter en même temps que le type, par habitude) ... De plus, je suis à fond dans prince of tennis alors ça ne facilite pas les choses, je pense m'y remettre lorsque j'aurais terminé ... Qui aurait cru qu'une série que j'avais snobé si longtemps se révèlerait tellement intéressante ^^ J'ai envi de faire du tennis maintenant ^^ Après le Kyudo, tennis, je vais avoir du mal à faire les deux à la fois -.-" Quoi qu'il en soit, j'adore cette série ... J'aimerais faire une fan fiction dessus mais ... Mon personnage préféré est Fuji et j'aurais vraiment du mal à respecter sa personalité -.-"

Aniki no tomodachi

Michiru éteignit son baladeur et sorti discrètement la tête par la porte de sa chambre. Une fois de plus, il avait vu juste. Yukito Shirokawa était en train de discuter avec son frère à quelques mètres de lui. Il ne se trompait jamais lorsqu'il s'agissait de Yukito. Sa mère riait d'ailleurs souvent à ce sujet en disant qu'il devait avoir une sorte de radar qui le prévenait à chaque fois que l'adolescent venait jouer ou travailler avec son grand frère. Elle ne croyait pas si bien dire, mais le radar était d'autre sorte qu'elle semblait le penser ...
« Je l'ai toujours aimé mais lui, il n'a jamais regardé que mon frère » ... Cette petite phrase cognait dans la tête de Michiru chaque fois qu'il voyait le garçon chez lui. Il avait beau venir, chaque fois, les interrompre pour n'importe quelle raison, même les plus stupides, Yukito ne semblait pas s'intéressait à lui et ne le regardait jamais. Depuis quand avait il réalisé ses sentiments pour le meilleur ami de son frère ? Jusqu'à son entré au collège, il avait toujours cru que c'était une simple admiration comme cela arrive souvent ... Il avait réalisé qu'il ressentait pour Yukito des sentiments particuliers lorsqu'il avait vu son frère et cette personne s'embrasser pour la première fois. Au début, il n'avait pas compris ce que tout cela signifiait mais il avait rapidement compris que l'amitié n'était pas le seul sentiment qui unissait Yukito à son grand frère et, lorsqu'il avait réalisé qu'il était jaloux, il avait compris qu'il était, lui aussi, amoureux de Yukito. Seulement, il était bien placé pour savoir que la personne qu'aimait Yukito n'était pas lui ... Yukito aimait vraiment son frère, il s'en était rendu compte à force de le regarder ... Il ne quitta jamais Takuto des yeux, même lorsqu'ils étaient censé travailler. Il ne lui avait donc pas fallut longtemps pour réaliser que les sentiments de Yukito était réel et qu'il n'était pas seulement me « sex friend » de Takuto ... Par ailleurs, il n'imaginait pas son frère embrasser quelqu'un qu'il n'aimait pas réellement. Mais même en sachant tout cela, il lui était impossible d'abandonner ses sentiments. Il était définitivement amoureux de Yukito, même si il se détestait pour cela. Il aimait beaucoup son frère, s'était la personne qu'il respectait le plus dans ce monde alors pour lui, s'imaginer qu'il puisse éprouver de l'attirance pour la personne la plus importante pour lui ... Ce n'était pas seulement de la honte mais aussi du dégout qu'il ressentait. Il s'en voulait d'espérer qu'il arrive quelque chose et que ces deux là se séparent. Il s'en voulait tellement.

************

- Ton frère n'est pas là aujourd'hui ?

Je sursautai en entendant cette question. Je n'aurais jamais pensé avant ce jour que Yukito puisse s'inquiéter de savoir si j'étais là ... Et même si il n'avait absolument pas l'air de s'inquiéter, au moins, il posait la question, ce qui prouvait qu'il avait remarqué ma présence. Comme quoi, moi cas n'était peut être par complètement perdu.

- Je ne sais pas ... Il est peut être en train de jouer avec des amis ...

Réponse typique de mon frère qui faisait toujours semblant de ne pas s'intéresser à moi alors que ma mère m'avait dit qu'il était toujours en train de poser pleins de questions dès que je m'avisais de rentrer une dizaine de minutes en retard ... Je ne savais pas pourquoi devant ses amis il faisant semblant de ne pas m'apprécier plus que ça dans ces conditions ...

- C'est gentil de faire comme si tu t'en fichais mais je t'ai dit la semaine dernière que je ferais un effort pour ne plus être jaloux de lui ...

D'un coup, tous mes espoirs s'écroulèrent ... Yukito était jaloux de moi alors que moi, j'enviais tellement mon frère de pouvoir le toucher ... C'était décidément le monde à l'envers ! Il n'avait aucune raison d'être jaloux puisqu'il sortait avec Takuto-nii ... Moi, au contraire, j'avais toutes les peines du monde à attirer son attention et j'étais obligé de le voir flirter avec mon frère dans ma propre maison ... Autant dire que, des deux, celui qui avait le plus de raison d'éprouver de la jalousie envers un membre de notre étrange trio, c'était bel et bien moi !
Toute fois, j'encaissai cette déclaration sans bronché et choisi ce moment pour entrer dans la chambre, un sourire charmeur, qui ne reflétait probablement pas ma douleur intérieur.

- Bonjour Yukito-senpai, dis je simplement en faisant semblant de ne pas m'intéresser au garçon que j'aimais tant. Nii-san, il y a quelque chose que tu veux manger ? Maman va rentrer tard ce soir alors c'est moi qui prépare le repas ...
- Je ne sais pas, tout ce que tu fais est toujours délicieux de toute façon, répondit-il avec un immense sourire, qui lui, semblait sincère.
Est-ce que Yukito peut rester manger ? On a un devoir à rendre pour demain, je pense qu'on va bosser dessus toute la nuit.
- Du moment que vous ne faites pas de bruits en « travaillant », plaisantais-je alors que le moral n'y était pas du tout.

J'étais dans la chambre juste à côté de celle de mon frère ... J'entendais tout, à chaque fois ... Tous les gémissements étouffés de Yukito et j'avais de plus en plus de mal à les supporter. J'aurais tellement voulu être la personne qui provoquait tous ces sentiments chez lui ! Mais à la place, j'étais juste moi ... Je n'avais aucune chance avec lui alors je faisais semblant de rire en leur présence alors qu'au fond de moi, je mourais d'envi de pleurer. J'étouffé à force de cacher mes sentiments mais pour protéger les relations qui nous unissaient tous les trois, je ne pouvais que les garder secret, il n'y avait aucune autre alternative.
Yukito était devenu écarlate à ma « plaisanterie » et mon frère essayer de cacher sa gêne en bredouillant des paroles incompréhensibles ... Je fis semblant de rire et me décidai, enfin, à quitter la chambre après avoir promis de remonter avec une petite collation dans une dizaine de minutes. A peine passé la porte de la chambre de Takuto, des larmes inondaient mes joues. J'étais jaloux ... J'étais horriblement jaloux de mon grand frère. Takuto ne faisait que penser à mon bonheur, il pensait plus à moi qu'à son amant et moi, j'étais jaloux de sa relation avec Yukito ... Je m'en voulais tellement d'éprouver de tel sentiment que mes larmes ne pouvaient plus s'empêcher de couler et je n'arrivais plus à étouffé mes sanglots ... Pitié qu'ils n'entendent rien ... Je vous en pris, qu'ils n'entendent rien ! Mon amour pour Yukito était quelque chose qu'ils devaient à tout prix ignorer, pour toujours ... C'était un secret que je devais amener avec moi dans ma tombe ... Un secret que je ne pouvais tout simplement pas révéler si facilement, et surtout pas à eux. S'ils venaient à apprendre la vérité sur mes sentiments, nous n'aurions plus jamais la même relation ... Peut être qu'ils ne pourront même plus se fréquenter ! Je ne voulais pas être la cause de tout cela ! Je les aimais tous les deux beaucoup trop pour accepter d'être responsable de leur malheur !

- Comme toujours Michiru, m'informa mon frère avec un sourire, ta cuisine est tout simplement délicieuse ! Je ne peux plus m'en passer !
- Franchement, approuva Yukito en se resservant, je suis d'accore avec Takuto ... Il n'arrête pas de parler à tout le monde de ta cuisine qui est « la meilleure du monde ». Maintenant, je sais que ce n'est pas seulement la vision aveugle d'un frère victime d'un brother complex.
- Arrêtes avec ça Yukito, s'exclama Takuto en rougissant. Je n'ai pas de brother complex ! J'ai juste un petit frère exceptionnel !
- Vous devriez peut être retourné travailler, je débarrasserais la table, intervins-je en espérant qu'ils partiraient vite pour que je puisse pleurer.
- Tu as déjà mis la table tout à l'heure Michiru-kun, fit remarquer Yukito. Laisses nous au moins t'aider ...
- Non ! M'écriais-je en lui prenant des mains le bol qu'il était déjà en train de débarrasser. Vraiment, allez plutôt travailler ! Je me sentirais mal si vous rater votre devoir à cause de moi !

Mon frère resta un moment à me fixer plus décida qu'il valait mieux m'obéir en invoquant le fait que la cuisine était mon territoire privé et que même ma mère n'avait pas le droit d'y mettre les pieds. C'était vrai, j'avais fait de la cuisine une sorte d'antre ou seul moi avait le droit d'aller et c'était plutôt pratique pour m'y réfugier chaque fois que je n'étais pas en forme ... Comme en ce moment même ... Avec un soupire, je me dirigeais vers la pièce, les trois bols dans les mains, les yeux de nouveau un peu humides ... Ils s'entendaient tellement bien, leur amour était magnifique, il n'y avait décidément que moi qui était détestable ici.

- Bien ... Michiru-chan, commença Yukito avec un sourire en ébouriffant mes cheveux, je vais rentrer ... Fais bien attention à ton frère d'accore ?
- Promis senpai, je veillerais à ce qui ne lui arrive rien.

Je restai à côté de mon frère ainé pour regarder Yukito partir en faisant un signe de main. Le soleil s'était levé plus vite que je ne l'aurais pensé et ma nuit à veiller sur mon frère et son amoureux n'avaient pas duré longtemps. En fin de compte, ils avaient réellement travaillé toute la nuit pendant que je m'occupais du ravitaillement des troupes en leurs apportant des en-cas. Maintenant, Yukito devait rentrer chez lui pour ne pas inquiéter ses parents à qui il avait promis de revenir dans la matinée. Takuto me serra dans ses bras en souriant à son tour.

- Tu es vraiment un petit frère exceptionnel ... Allez, on va rattraper notre sommeil ... Il nous reste encore deux petites heures pour dormir ... Tu es vraiment le meilleur petit frère possible ...

Si seulement il savait la vérité ... Je n'aurais pas à me sentir aussi coupable ...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site