Akuma no kodomo

J'avais envi de tester autre chose avec cette histoire ... Depuis que j'ai commencé à écrire de véritables histoires et pas les bidules bizarres que j'écrivais jusqu'en 6e, j'ai beaucoup changé de style d'écriture, et c'est dans Tomodachi power que ce changement ce voit le mieux puisque je l'ai commencé à l'époque et je le continue encore maintenant ... Même si je corrige les premiers chapitres, ce qui ne leur donne plus l'impression "brouillon" qu'ils avaient au début, ils restent sympathiques. Tout le monde est heureux, on se blesse, et alors ? On est amis, on peu gagner, c'est un peu l'impression qui se dégage des premiers chapitres et qui peut expliquer le titre (tomodachi signifiant ami en japonais) ... Pourtant, petit à petit, l'histoire devient plus sombre, comme avec l'histoire sur le passé de Suichi et la relation un peu spéciale de Setsuko et Atsushi (je n'ai pas encore mis les chapitres concernant tout cela sur le site, les chapitres d'avant n'ayant pas encore été corrigé) et maintenant, c'est de plus en plus sombre, avec la mort d'un personnage et des révélations importantes sur celui qui semble être le plus adorable ... Tezuo. En résumé, j'entre dans une phase où j'aime les trucs sombres et sérieux (en témoignent Hisshi et Kurushimi to hatsukoi) et c'est ce que j'ai voulu montrer avec Akuma no kodomo qui est une histoire bien plus sombre que celle que j'ai l'habitude d'écrire. Dans les faits, je ne crois pas que Seisui existe réellement comme prénom mais c'était tellement beau que je n'ai pas résisté. Et puis, dans la fiction, c'est l'imaginaire qui prend la place du réel ^^

AKUMA NO KODOMO :

Kuro jeta un coup d’œil rapide à la photo qu’on venait de lui tendre et sur laquelle on pouvait voir un adolescent qui devait avoir à peu près son âge, peut être un peu plus vieux … Ses cheveux blonds bouclaient au niveau des pointes et il avait tout l’air d’être occidental. Kuro hocha la tête en signe d’accord et embarqua la photo avant de se diriger vers la porte du bar dans lequel il s’était installé alors que Yamatsushi, son « employeur », retournait à ses occupations habituelles, à savoir, servir à boire à ses clients.

Kuro faisait un mètre soixante trois mais ne s’inquiétait pas particulièrement de sa petite taille … Il avait entendu dire qu’on pouvait grandir jusqu’à vingt trois ans, il avait encore trois années devant lui. Mais sa petite taille n’était pas le seul élément qui faisait que les gens avaient généralement du mal à croire qu’il était majeur. Il avait un visage d’enfant et des yeux encore remplis d’innocence, même si cela faisait bien longtemps qu’il l’avait perdu … Dans le monde dans lequel il vivait, il était, de toute façon, difficile de la garder très longtemps. « L’enfant du démon » … C’était le surnom qu’on lui avait donné … Mais ceux qui le connaissait intimement l’appelait Kuro, ce qui résumait assez bien la pensée du surnom … Son véritable nom, il ne l’avait jamais dit à personne et de toute façon, qui aurait pu croire que quelqu’un comme lui portait un nom qui signifiait pureté ? Seisui … Akikawa Seisui. Son prénom signifiait pureté et dévouement … Si il l’avait à quelqu’un, on lui aurait certainement rie au nez … Cela faisait longtemps que Kuro n’était plus pur du tout … Il avait été sali par le sang qui tâchait ses mains. La seconde traduction de son prénom s’adaptait mieux … On ne pouvait pas réellement parlé de dévouement mais il n’aurait jamais contesté un ordre ou une mission de Yamatsushi … L’homme qui l’avait sauvé.
Arrivé chez lui, Kuro s’allongea sur son lit, qui se constituait d’un simple futon, et il ferma les yeux. Il était fatigué mais ne devait pas s’assoupir, sinon, il ferait encore probablement le même cauchemard … Cela faisait deux jours qu’il n’avait pas dormi mais il ne devait pas se laisser aller au sommeil … Pourtant, il en avait tellement envi ! Il se demanda, une fois du plus, pourquoi il s’obstinait à ne porter que son vieil uniforme de collège. Cela faisait longtemps qu’il avait arrêté ses études, il n’avait même pas été jusqu’au lycée. Alors pourquoi cette obsession ? Peut être juste pour se sentir un peu ordinaire … Même si il savait qu’il était impossible pour lui de revenir en arrière … De redevenir un simple adolescent comme il en croisait souvent dans la rue … Une fois qu’on était entré dans ce monde, il n’y avait pas le moindre espoir d’en sortir … Kuro le savait aussi l’idée ne lui avait jamais traversé l’esprit.
Il fouilla activement sa poche à la rechercher de la photo qu’on lui avait donné … Alors ce garçon était sa cible ? Il retourna la photo où un nom était écrit d’une écriture tremblante. Takuma … Fujimiya Takuma … Il bruit strident se fit entendre du côté de l’ordinateur du garçon … Il avait reçut un mail. Probablement les informations complémentaires au sujet de ce garçon … Il avait juste un an de plus que lui alors Kuro était assez curieux de savoir pourquoi on l’envoyait l’assassiner. Qu’est ce qu’il avait bien pu faire pour s’attirer les foudres de Yamatsushi et de son équipe d’assassin ? Probablement rien de bien enviable … Pas quelque chose dont il avait intérêt à se vanter à la fac ou à son job d’étudiant … Mais en consultant le dossier, il se rendit rapidement compte qu’il n’avait, de toute façon, pas d’université où il pourrait s’en vanter … A vingt ans seulement, ce garçon n’était autre que le secrétaire d’un grand PDG … Il avait aussi fréquenté le même collège que Kuro … C’était dans ses moments là que le jeune garçon se rendait compte de toute l’injustice du monde. Ils avaient été dans la même école et Takuma était devenu quelqu’un d’important alors que lui en était réduit à jouer les tueurs à gage … Mais c’était lui qui en avait décidé ainsi … Il ne voulait plus qu’un situation comme la sienne puisse arriver de nouveau … Il ne voulait pas que d’autre souffre comme il avait souffert … Alors il éliminait les criminels … C’était devenu son boulot … Pas un job dont il était fier, pas non plus celui que ses parents auraient voulu qu’il fasse … Et puis, ça ne lui rapportait pas grand-chose – juste assez pour vivre dans son petit appartement et s’acheter des nouilles instantanés pour chaque repas. Il aurait probablement pu gagner beaucoup plus mais il ne faisait pas ça pour l’argent … Il voulait juste protéger les gens qui n’avaient pas encore perdu leur innocence … Qui avait la chance de vivre sans connaître la part sombre de la vie. Il soupira à cette pensée et termina de lire le dossier … Alors ce gosse se servait de son appuie pour escroquer de grosse somme d’argent à des familles démunies … Normalement, ça n’était pas à lui de se charger de ce genre d’affaire … Enfin … Si Yamatsushi voulait qu’il le tue, alors il le ferait. Comme il l’avait toujours fait …

- Seisui, vas t’en ! Cours ! Enfuis toi !
- Okasan ! Otosan !
- Sei ! Je te l’ai déjà dit ! Les garçons ne pleurent pas ! Alors arrêtes de pleurer et pars d’ici tout de suite ! Tu dois survivre et devenir un grand garçon ! Un homme bien !
- Otosan !
- Vas y Sei !

L’homme aux cheveux noirs poussa l’enfant dehors avec violence. La pluie tombait et cachait les larmes de Seisui tout en se mêlant à la boue dans laquelle il était tombé. Oui, on le lui avait toujours dit … « les garçons ne pleurent pas » … Pourtant, il n’arrivait pas à s’arrêter. Il n’arrivait pas à se relever et à courir. Il jeta un coup d’œil dans sa maison … Le corps de sa mère gisait au sol, dans son propre sang. Son père ne le regardait déjà plus et fixait l’homme que l’enfant avait entrevu en rentrant de ses cours du soir. Un homme grand, aux cheveux roux, un couteau à la main … Il ne l’avait jamais vu avant … Il l’avait vu poignarder sa mère et maintenant, il était en train d’attaquer son père … Que devait il faire ? Son père lui avait dit de partir mais il ne pouvait tout de même pas l’abandonner ! Il était son père !

- Sei, vas t’en maintenant !

L’enfant se releva et eu juste le temps de voir la lame déjà tâchée d’un liquide terne s’enfoncer dans le flanc droit de son père … Il cria une nouvelle fois …
L’homme se retourna vers lui …
Il ne voulait pas mourir …
L’homme s’approcha de lui …
Il ne voulait pas mourir …
L’homme avait un sourire terrifiant et tenait toujours le couteau, tâché du sang des parents de l’enfant dans la main.
Il ne pouvait pas empêcher ses larmes de couler et ne comprenait pas ce qui lui arrivait, ce qu’ils avaient tous fait pour que cet homme fasse ça …
L’homme arriva à sa hauteur …
Il senti une douleur fulgurante au niveau du ventre …
L’homme retira le couteau de là où il l’avait planté … Il ne voulait pas le tuer toute suite … Il avait envi de s’amuser.
Il avait mal mais était incapable de faire le moindre mouvement pour se protéger … Il sentait un liquide chaud sur lui … Il savait qu’il s’agissait de son sang.
L’homme passa la lame du couteau sur le visage sanglotant de l’enfant.
Il continuait de pleurer tout en sachant très bien que cela de lui ne sauverait pas la vie.
L’homme regarda le petit en se demandant ce qu’il pourrait bien faire pour le faire souffrir.
Il entendit une détonation qui fut suivit un gémissement au dessus de lui.
L’homme lâcha le couteau qui glissa à côté du corps du petit qu’il avait blessé. Comment avait il pu oublier la police ?
Il se senti sauvé et ses larmes de douleurs et de peur se transformèrent en larmes de soulagement … Quelqu’un avait entendu ses appels au secours ?
L’homme, blessé au poumon, tomba sur l’adolescent. Il n’avait plus la force de récupérer le couteau pour finir le travail.
Il n’avait pas le courage de dégager le corps sur lui. Il senti ses yeux se fermer et la douleur s’estomper.
... « Reste en vie » …

Seisui ouvrit les yeux. Où était il ? Au paradis ? Il allait probablement bientôt voir son père et sa mère … Une douleur fulgurante au ventre lui rappela qu’il était vivant … Comment cela était il possible ? Il avait dû faire une hémorragie … Ils avaient un peu parler de ça en cours … Mais pourtant, il était vivant et se souvenait de tout … Ce n’était décidément que dans les films que le héros se réveille en ayant tout oublié de son passé … Pourtant, il aurait tellement aimé ne plus avoir le moindre souvenir de cet incident … Puis il repris espoir … Si il était vivant, il y avait peut être une chance pour que ses parents aient survécu aussi !
Un visage passa devant ses yeux. Il s’agissait d’une femme, très belle. Il sursauta et sa blessure lui fit encore plus mal. Il ferma un moment les yeux en sentant la douleur puis les rouvrit en entendant une voix douce appeler les médecins. C’était la même voix qu’il avait entendu le jour où ses parents avaient été tués … Celle qui lui avait dit de rester en vie … La femme était dans son champs de vision. Elle portait un uniforme de la police et il en déduit qu’elle faisait partie des policiers qui étaient intervenus et l’avaient sauvé … Et elle était à côté de lui … Pour quelle raison ?

- Tout ira bien maintenant Akikawa-kun … L’homme qui vous a blessé a été mis en prison … Mais nous nous sommes dit qu’il serait mauvais pour vous de vous réveiller seul alors tous ceux qui ont pris part à l’intervention ont décidé de faire des roulements pour vous surveiller.

- … Okasan … Otosan …

La jeune femme resta silencieuse et l’adolescent n’eut pas besoin d’une traduction pour comprendre qu’il allait désormais devoir vivre seul. Au moins, ses parents n’auraient pas à continuer à vivre avec l’horreur de la scène gravé à tout jamais dans la tête. Mais ils allaient tellement lui manquer. Allait il pouvoir vivre sans eux ? Impossible ! Ils étaient avec lui depuis sa naissance ! Ils étaient ses parents ! Il avait encore besoin d’eux ! Il était trop jeune pour se débrouiller seul dans la vie ! Il venait à peine d’entrer en troisième année de collège !

- … Nous avons trouvé quelqu’un pour s’occuper de toi. Il devrait bientôt passer, si il vient à la même heure que les autres jours.

Comme si il avait entendu la conversation et avait trouvé le moment opportun pour se montrer, le tuteur de Seisui entra à ce moment là … Ce fut sa première rencontre avec Yamatsushi … Et les mots qu’il lui avait dit une fois qu’ils furent seul résonnaient encore en lui … « veux tu te venger ? ».

Kuro se réveilla en sursaut et il réalisa que son corps était en sueur et que des larmes avaient coulé de ses yeux sombres … Il n’avait, finalement, pas pu résister à l’appel du sommeil et s’était assoupis pendant qu’il lisait le plan d’attaque proposé par les experts de Yamatsushi. L’ordinateur, par chance, ne s’était pas cassé et traînait seulement, renversé, sur le futon de l’adolescent. Kuro se leva et décida de prendre une douche. Il lui restait encore une heure avant le début de l’opération de toute façon alors il avait bien le temps de ses débarrasser de toute cette sueur ainsi que de ses mauvais rêves.

Vingt trois heures cinquante … Kuro n’était pas dans un feuilleton télé et minuit n’était pas l’heure du crime. L’opération devait commencer maintenant. C’était l’heure à laquelle la villa dans laquelle travaillait sa cible était le moins surveiller, l’heure du changement de tour de garde. Rien de plus simple pour quelqu’un comme lui que de s’infiltrer dans la maison malgré les grillages. Il avait déjà connu plus difficile comme mission et celle-ci était un véritable jeu d’enfant … Il passa la barrière et regarda sa montre dont les chiffres fluorescents s’éclairaient dans la nuit sombre … Vingt trois heure cinquante et un … Début de l’opération … Si il voulait avoir une chance de s’en sortir, il devait avoir tué sa cible avant vingt trois heures cinquante huit … Sans se poser de question, il se remémora le plan de la villa et fonça vers une fenêtre ouverte.

- Inutile d’essayer de t’enfuir, tu ne pourras pas. Même appeler à l’aide est inutile.
- Qui es tu ?
- Akuma no kodomo …

C’était le nom qu’il donnait à ses cibles … Le nom sous lequel tout le monde le connaissait ...

- Cette voix … Seisui c’est toi ? Akikawa Seisui !

Kuro sursauta … C’était la première fois depuis tellement longtemps qu’il entendait ce nom … Mais pourquoi est ce que sa cible le connaissait ?

- Tu ne te souviens pas de moi ? Fujimiya Takuma … J’étais ton senpai au club de kyudo ! J’ai été tellement inquiet quand j’ai vu écrit que ta famille avait été attaqué par un tueur ! Tout le monde était triste de ne plus te voir à l’école ! On se demandait tous si les journaux n’avaient pas menti et si tu n’étais pas mort aussi !

Kuro ne répondit rien et ne baissa pas son arme pour autant. Oui, il se souvenait de Fujimiya-senpai … il était la personne qu’il admirait le plus à l’époque … Mais les choses changeaient et il allait devoir le tuer … Dans son travail, il n’y avait pas de place pour les états d’âme …

- Tu vas vraiment me tuer Seisui ?
- … Sei est mort depuis le jour où ses parents ont été assassiné … Je ne suis plus ton kôhai. Je suis Kuro, l’enfant du démon … L’ange de la mort.

Il tira. Avec le silencieux, il était sur que personne n’avait rien entendu et que la sécurité n’arriverait pas avant un long moment … Il avait le temps de s’enfuir … Il avait même un peu d’avance sur l’horaire et les gardes étaient encore en train de boire leur café … Takuma le regarda alors que son sang coulait sur la moquette bleu … Il ne semblait pas tellement en vouloir à son ancien kôhai … Et en entendant les paroles qu’il prononça alors qu’il s’apprêtait à lui tirer une balle dans la tête pour être sur qu’il ne survivrait pas, Kuro fut pétrifier, ses doigts se figeant sur la gâchette.

- ça me rassure de savoir que tu vas bien …
- …
- Même si j’avoue que j’avais plutôt pensé à d’autre sorte de retrouvaille … Du genre, avec tout le monde … Tirer à l’arc comme au bon vieux temps … Je suppose que c’était impossible après ce qui t’étais arrivé …

Il en avait du souffle pour un mourant … Mais bizarrement, Kuro n’arrivait pas à l’interrompre, même si il savait que le temps passait et qu’il n’avait plus le loisir de s’attarder … Il avait l’impression qu’il devait le laisser finir …

- Mais que ça soit quelqu’un que je connaisse qui prenne ma vie … Peut être que c’est mieux comme ça, surtout vu les conneries que j’ai faites depuis quelques temps …
- … Je te rejoindrais en enfers.

Tout en disant cela, Kuro tira. Cette fois, il était sur que son ancien senpai était mort … Normalement, ça n’était pas à lui d’effectuer ce genre de mission … Il n’était censé tuer que les tueurs en séries, les assassins … Pas les arnaqueurs à la petite semaine, c’était le boulot d’autre personne ! Est-ce que Yamatsushi l’avait fait exprès pour tester son dévouement ? C’était stupide … Cela faisait longtemps qu’il n’était plus Seisui … Seisui était mort avec le reste de sa famille … Il était Kuro, l’enfant du démon.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site