Oitachi no omoide : Chapitre 8

Note de début : Ce chapitre n'a rien à voir avec le chapitre d'avant ou celui d'après ... c'est un chapitre complètement après ... un bonus en quelque sorte ^^ [Shûichi : Je l'aime bien celui là !] [Yuki : Tu dis ça à chaque fois] Normal ... mon ni-ni est gentil ... Alors ... Une fois n'est pas coutume, je ne sais absolument pas quoi dire --"

Chapitre 8 : Un rêve.

Je soupirai en montant dans ma chambre ... cette fois, la journée était belle et bien terminée. J'allais pouvoir dormir et sombrer dans le monde des rêves ... j'avais tellement attendu ce moment. Je m'allongeai dans mon lit sans même enfiler mon pyjama et me glissai sous les draps en fermant déjà les yeux. A peine eu-je la tête posé sur mon oreiller que je m'endormis.
Le soleil brillait sur mon collège ... c'était un souvenir plus lointain ... je l'avais complètement oublié.Toute l'école était rassemblée dans la cour, autour du proviseur, comme à la cérémonie de début d'année. Qu'est ce qu'il pouvait bien nous vouloir, tôt le matin ? Pourquoi avoir convoqué tout le monde alors qu'il n'y avait aucune fête en vu ? Les rumeurs allaient bon train mais personne n'avait l'air de vraiment savoir ce qu'il nous voulait. Sho était près de moi et discutait avec Makoto et Tsubasa, pariant qu'il allait avancer les partiels d'une ou deux semaine ... j'espérais vraiment que ce n'était pas ça parce que je n'étais pas prête du tout, en particulier pour les mathématiques. Quelqu'un me tira sur l'une des manches, trop longue, de mon uniforme. C'était Sakura qui tentait de me parler depuis plus de cinq minutes, c'est du moins ce qu'elle me dit.


- Pourquoi est ce que tu penses qu'il nous a regroupé toi ? Me demanda t'elle après que j'eus daigné répondre.
- Je ne sais pas ... je me demande si ça n'a pas un rapport avec l'absence de Tsuyoi Mayumi. ça fait plus d'un mois qu'on ne l'a pas vu et sa mère refuse d'ouvrir quand quelqu'un veut aller la voir.
- Bah ... je vois pas ce qu'on peut en avoir à faire, soupira Satoshi en s'asseyant par terre, énervé de devoir attendre debout et en plein soleil, alors qu'il pourrait être dans une salle avec la climatisation. J'en ai marre ! Quand est ce qu'on va enfin changer d'uniforme ! Ceux d'hivers sont trop chaud ! Comment tu fais pour tenir Yokoyama ? Le tiens est trop grand, ça doit te tenir plus chaud.
- Je ne m'énerve pas alors ça va, plaisantais-je avec un sourire ironique.
- Qu'est ce que tu veux insinuer par là ! Hurla mon ami, exactement comme je l'avais imaginé.
- Elle veut dire que quand tu restes calme, la chaleur ne t'atteint pas aussi facilement que quand tu es de mauvais humeur, expliqua Akemi en arrivant derrière lui.

Surpris de cette apparition, Satoshi manqua de tomber à la renverse et se releva brusquement en lui disant d'arrêter de surgir quand on ne s'y attendait pas.

- Désolé, fit Akemi avec un air sincère, j'ai l'habitude de ne pas faire de bruit ... tu sais, à la maison, papa est souvent train de travailler et il faut être silencieux dans ses moments.

Je voyais tout à fait ce qu'il voulait dire, pour être venu une fois chez lui. Akemi, habitait avec son frère jumeau, dans une maison juste à coté du temple de son père et celui-ci était toujours occupé. Quand ils étaient plus jeune, Akemi et son frère, Atsushi, jouait souvent ensemble dans le champs, mais depuis qu'ils étaient entrés collège, le père d'Atsushi avait décidé de faire de son fils son successeur et ils se voyaient de moins en moins ... surtout qu'il n'était pas dans la même classe.

- Akemi !!! s'écria une voix derrière nous.

Atsushi arrivait en courant vers nous puis s'arrêta en tentant de reprendre son souffle.

- Je suis encore en retard ... papa m'a retenu ce matin et j'ai ensuite accompagné Tezuo à son école et ... pourquoi est ce qu'on est tous ici ? Vous n'êtes pas en cours ?
- C'est seulement maintenant que tu tilts Yukimura ? Plaisanta Mitsuki en le voyant complètement essoufflé. Le dirlo nous à demandé de venir, mais il ne s'est toujours pas décidé à parler alors tout le monde discute.
- Alors je ne suis pas vraiment en retard, se félicita le jeune garçon.

Akemi, lui, faisait la tête depuis l'arrivée de son frère. Il savait bien que ce n'était pas lui qui avait choisit de reprendre le temple, mais il lui en voulait beaucoup de passer si peu de temps avec lui. Depuis aussi longtemps que je m'en souvenais, il avait toujours été comme ça ... à tourner le dos à la situation dès que quelque chose lui déplaisait, mais à jamais vraiment osé s'y opposé. Quand il était plus jeune, sa mère était morte à cause d'une collision avec une voiture et il s'en sentait coupable car si sa mère était sortit ce jour là, c'était pour lui acheter son cadeau d'anniversaire. Depuis ce jour, il n'osait plus penser à lui, de peur de provoquer encore la mort de quelqu'un. Atsushi, plus battant et terre à terre, avait de plus en plus de mal à voir son frère se refermé sur lui même. Il n'eut pas le temps de lui parler que le directeur prit tapa une fois sur le micro pour voir si il marchait bien. J'étais petite et on c'était installé au fond pour passer plus facilement inaperçu, aussi, je ne voyais pas du tout ce qui se passait du coté de devant, même au sautant. Satoshi dû sûrement en avoir marre de me voir gesticuler puisqu'il finit par me demander si je voulais monter sur ses épaules. Comme je n'étais pas lourde, il n'eut aucun mal à me soulevé et je voyais maintenant parfaitement bien notre proviseur prendre une grande inspiration.

- Les enfants ... ayant été jeune avant vous, je sais très bien que les ragots se colportent rapidement ... vous devez donc tous êtres au courant de la longue absence de Tsuyoi Mayumi, élève en deuxième année ... Yokoyama, descendez de là où vous vous êtes perchés, vous allez encore tomber.

Tous les regards se retournèrent vers moi et je vis que le directeur en profitait pour souffler. Tout en obéissant, je chuchotais à l'oreille de Sho qu'il devait avoir une très mauvais nouvelle à nous annoncer puisqu'il saisissait toutes les occasions pour ne pas avoir à continuer. En voyant que l'incident était passer, il dû bien sur continuer et la suite des événements me montrèrent vite que j'avais raison.

- Sa famille nous a appelé ce matin et ... nous avons la désagréable tâche de vous apprendre qu'elle est morte ...

Quelques petits cris retentirent dans l'assistance et moi même, je dû plaque ses mains sur ma bouche pour m'empêcher de crier. Ce n'était pas la première fois que j'apprenais la mort de quelqu'un mais ça me choquait toujours autant ... j'avais l'impression de revoir le moment ou mon père à eu son accident ... ce jour là, j'avais eu beaucoup de chance de m'en sortir et chaque fois qu'il arrivé quelque chose, ça me le rappelait. Je n'entendis même pas le professeur de science prendre la suite pour dire que nous allions faire cinq minutes de silence en sa mémoire et que ceux qui voudraient pourrait aller à la cérémonie du soir pour prier. C'est Sho qui me raconta cela quand je revint à moi. Je m'étais dirigée, comme un pantin, vers la classe après que nous ayons finit les cinq minutes de silence et n'avait repris confiance qu'au milieu du cours de mathématique, quand le professeur m'interrogea.
Le soir, nous nous dirigeâmes tous vers sa maison pour aller adresser nos condoléances à sa mère. Comme j'avais sympathisé avec elle, je savais qu'elle vivait seule avec sa mère ... ça devait être un choc pour elle de se retrouvait soudain toute seule. Et Mayumi était une enfant tellement gentille ... je n'arrivais pas à croire qu'elle ait pu mourir comme ça. "une bronchite" avait dit le professeur ... je me doutais bien que ce n'était pas la vérité ... ce n'était pas une impression ... je l'avais eu au téléphone quelques semaines avant et elle n'était pas du tout malade ... elle m'avait dit qu'elle n'avait pas le courage de retourné à l'école ... pourquoi déjà ? Ah oui ! C'était après que la moitie de la classe se soit moqué d'elle parce qu'elle avait fait sa déclaration à Takamoshi Akihito. Celui-ci n'en menait pas large maintenant qu'il se retrouvait devant son cercueil. Je le voyais, tout pâle, en train de parler mais s'embrouiller dans ses mots.
Mais si ce n'était pas une maladie ... qu'est ce qui avait bien pu causer sa mort ? Je fus coupée de mes pensés par Sakura qui me poussa en avant en disant que c'était à mon tour. Je m'approchai en sentant une nausée m'envahir, comme chaque fois que je sentais la mort.


- Tsuyoi ... je te promet que je trouverais la véritable raison de ta mort.

Sakura, en s'approchant à son tour, me regarda avec étonnement. J'avais décidé de mener l'enquête et de savoir ce qui c'était vraiment passé. C'est ce que j'expliquai à mes amis dès que nous prirent le chemin de chez nous.

Le soleil filtrait maintenant à travers la fenêtre de ma chambre et me réveilla avec l'aide des gazouillis des oiseaux. Je me levai et enfila mon yukata préféré avant d'aller à la vitre pour regarder le paysage. Sho jouait au foot avec Satoshi dans les Iris pendant que Sakura, assise sur un banc, tentait de faire une couronne de fleurs avec celle qu'elle avait rapporté de son travaille. Non loin d'elle, près d'une table qui avait été dressé avant mon réveille, Ayumu faisait griller des saucisses et autres choses que l'on adore manger à un barbecue. Je ne devais pas m'inquiéter de mon rêve alors que tous le monde s'amusait joyeusement dehors ... après tout, le passé est le passé, et je l'avais résolu ce mystère. Je n'en avait jamais rien dit à personne, et je ne le révèlerais jamais, le secret de la mort de Mayumi ... j'étais la seule, avec sa mère et les médecins, à le connaitre, et personne ne serait jamais au courant. Voulant profiter du présent, je mis descendis les escaliers aussi vite que je le pouvais avec mon vêtement puis enfila une paire de basket avant de sortir à mon tour pour jouer. Sho manqua de tombé à la renverse en me voyant si bien vêtu, Ayumu me fit un compliment timide, Sakura me promis une couronne pour aller avec et Satoshi soupirait en disant que ce n'était pas une tenue pour jouer au foot. Pourtant, c'est avec cette tenue que je réussi à lui mettre un but.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site