Oitachi no omoide : Chapitre 4

Note de l'auteur : Ah, ah, ah ... Encore un chapitre bien bizarre mais que j'ai beaucoup aimé écrire ^^ J'aime le personnage sympathique comme notre Akira ... D'ailleurs, Akira est un prénom que j'aime beaucoup ^^ C'est un prénom que j'adore avec Makoto et Mizuki ... Enfin bon ... Tout cela pour pas grand chose. J'espère que les images de présentation de chapitre vous plaise ^^ Enfin bon ... J'uis en train de penser, ici, on peut pas laisser de commentaire non ? Donc si vous avez des avis intéressants, vous pouvez toujours me les envoyer sur mon adresse mail : moiragc@hotmail.fr ^^ J'attends vos messages. Allez, bye à tous ^^

Chapitre 4 : Le garçon tombé du ciel

- Vendredi 20 mai ... Aujourd'hui, il c'est passé quelque chose d'incroyable ...

Encore une fois, les souvenirs de la journée me revenait en tête et je me voyais, discutant avec Sho, Satoshi et Sakura sur le moyen le plus sur de réussir l'interro d'anglais, quand Ayumu entra dans la salle. Pour une fois, il avait un grand sourire et cela me faisait plaisir. ça faisait du bien qu'il ait laissé tombé sa mîne triste qu'il abordait habituellement qui qui me donnait l'impression qu'il allait sauter par la fenêtre. Il vint nous voir et dit

- Bonjours Takahata-san !
- Ohayo Sasaki ... tu as l'air de super humeur aujourd'hui, fit remarquer Sho et quittant des yeux son manuel. Il y a une fête ?
- Non, mais je suis heureux que Takahata-san ne m'ait pas balancé d'injure après ce que j'ai dit hier.
- Tu es vraiment simplet comme garçon Ayumu, soupira l'intéresse en attrapant le livre de Sho afin de lire la leçon.

Alors qu'il aurait dû se vexer de la remarque, Ayumu sourit de plus bel en disant "Takahata m'a appelé par mon prénom ! Sugoi". Satoshi faisait vraiment des efforts depuis qu'il avait accepté de sortir avec lui et était vraiment très gentil avec Ayumu. En même temps, il était tellement mignon avec ses sourires et ses petits cris de joie pour quelque chose d'aussi futile, qu'il était impossible de ne pas craquer. Keiko et Mitsuki arrivèrent quand Ayumu commença à crier et rirent toutes les deux en voyant le visage embarrassé du jeune garçon. Satoshi tenta tout bas un "help me" vers Keiko qui lui fit un signe de main avant d'aller voir Ayumu.

- Félicitation, dit elle en riant. Quand Satoshi appel quelqu'un par son prénom, c'est qu'il l'aime bien ... tu devrais l'appeler par son prénom.
- Ano ... Hikari-san, bredouilla le garçon qui cherchait ses mots, ça ne vous dérange pas ? Vous n'êtes pas sensé aimer Takahata-san ?
- Non merci ... j'ai rencontré un garçon au club de foot ce matin qui m'a proposé de sortir avec lui ... il était tellement mignon que je n'ai pas pu lui dire non, donc je te laisse Satoshi-kun.
- Mate ! S'écria Satoshi en entendant ça. Comment ça tu t'es trouvé quelqu'un aussi vite ? ça veut dire que tu me laisses tomber aussi facilement ?

Keiko hocha la tête en souriant et se dirigea vers sa table. Elle avait l'air de très bonne humeur, ce qui était très rare. En voyant qu'il avait été remplacé aussi rapidement, Satoshi soupira et rendit son manuel à Sho avant de regagner sa place, me rendant ma chaise. Ayumu avait l'air de sentir la tristesse de la personne qu'il aimait et sa joie du matin c'était déjà évaporé. Je ne pouvais pas m'empêcher de penser "pauvre petit". Il devait se sentir mal alors qu'il n'y était pour rien dans toute cette histoire.

- Ta ... Takahata-san, commença t'il en rejoignant la table de Satoshi. Je suis vraiment désolé ... c'est de ma faute si Hikari-san aime un autre garçon maintenant ... je ne sais pas ce que je peux faire pour me racheter mais ...
- Boucle là ! Le coupa Satoshi soudain très énervé. Tu me gonfles ! J'ai jamais demandé à ce que tu me colles alors vire de là et ne m'adresse plus la parole.

Je voyais les larmes monter aux yeux de Ayumu qui se sentait de plus en plus coupable de la situation. Avant que je n'eus le temps de réagir, Sakura avait quitté sa place et c'était dirigée vers la table de Satoshi avant de le frapper d'un geste théâtrale.

- T'étais pas obligé de t'en prendre comme ça à Sasaki, Satoshi ! Il s'est excusé et il ne pensait pas du tout de causer de problème ! Est ce que c'est ça faute si c'est de toi et pas d'une fille dont il est tombé amoureux ? Si tu t'avises encore une fois de lui faire du mal je ne me contenterais pas d'une simple gifle !

Toute la classe c'était tournée vers l'endroit où se passait l'action et, heureusement, le professeur entra à se moment pour calmer l'ambiance. Je pense qu'une minute de plus et une véritable bagarre aurait éclaté. Dans le fond, j'étais bien d'acore avec Sakura. Satoshi n'avait pas à s'en prendre comme ça à Ayumu alors qu'il savait très bien qu'il était assez fragile sur le plan sentimental. Pendant le déjeuné, personne ne s'adressa un mot et j'avais vraiment l'impression de manger seule, surtout que Sho n'osait en vouloir à personne car Satoshi était son meilleur ami mais qu'il était plutôt pour le partit d'Ayumu. D'un coup, le bento de ma mère me semblait moins bon. La dispute du matin avait fait le tour de l'école et, dans les couloirs, tout le monde était en train d'en parler. Ceux qui n'avait pas assisté à la déclaration d'Ayumu était maintenant au courant et la rumeur prenait de plus en plus d'ampleur. Dans son coin, celui-ci n'avait pas gouté à son repas et, pour être honnête, je pensais même qu'il c'était endormis sur son cahier de mathématique. Après avoir mangé deux onigiri, je ne pus en supporter plus tellement l'ambiance était tendu, j'allai le réveiller calmement, avec Sho qui se disait qu'il risquait fort de perdre son meilleur ami.

- Sasaki-kun, réveil toi ... ce n'est pas encore l'heure de dormir.
- hum, murmura t'il en ouvrant un œil. Yokoyama-san ? Mitoreno-san ? Je me suis endormis ?

J'hochait la tête et lui baissa la sienne. Il devait être honteux de s'être endormis en cours mais Sho passa sa main dans ses cheveux et les larmes qu'il s'apprêtait à verser s'arrêtèrent.

- Okasan me caressait souvent comme ça quand j'étais petit ... ça me faisait du bien, j'avais l'impression d'être un chat ... le chat, il se fiche des problèmes, alors après, je me sentais mieux.
- Merci Mitoreno-kun, répondit Ayumu avec un sourire.

Le reste de la journée se passa tranquillement, sans que Satoshi s'excuse pour son attitude du matin, ou que Sakura retrouve son calme. Bien que continuant à se sentir coupable, Ayumu allait bien mieux depuis l'heure du déjeuné et moi je pensais vraiment que j'avais le meilleur petit ami au monde. La seule que cette bataille n'intéressait pas était Keiko, bien trop occupé à penser à son nouveau copain. Tsubasa, Akemi et Makoto, qui avait bien compris la situation et, contrairement aux autres élèves de la classe, n'avait pas de préjugé, nous proposèrent de faire un tour en ville pour nous changer les idées. Malheureusement, la mauvaise humeur qui régnait eu raison de notre solide amitier. Au fond de moi, je trouvais ça un peu dommage.
J'avais laissé tomber tout espoir de nous réconcilier quand, alors que nous sortions et rentrions chez nous, j'aperçus un attroupement devant l'école. Demandant des renseignements à des filles qui le rejoignait, j'appris qu'il y avait là un petit garçon. Sans être particulièrement intéressé, mais voulant faire mon travaille de chef de classe, je cherchai à les faire partir pour m'occuper de ce petit perdu. Quand, enfin, je réussi à le voir, je fus plus surprise que je ne l'aurais pensé. Il devait être américain ou d'une autre nationalité mais je doutais fort qu'il soit japonais. En effet, il avait des cheveux blonds comme les blés et ces yeux étaient aussi bleu que la mer. Je restai plusieurs secondes à le regardait quand je vis qu'il avait l'air mal en point. En effet, vu les traces qu'il avait, il avait dû se faire taper par un groupe.


- Qu'est ce qui t'arrive ? Tu es perdu ? Lui demandais je après un temps de réflexion. Tu as un frère ou une sœur dans l'école ? Je peux les faire appeler si tu veux.
- Je veux voir Suichi Yokoyama ! S'exclama le garçon d'une voix ferme.
- ça tombe bien, répondis je avec un sourire. Je suis Suichi. Comment t'appelles tu ?

Il ne répondit pas. Derrière moi, mes amis s'étaient regroupés et regardait le petit avec de grands yeux. Il n'avait pas l'air bien méchant et en plus, il avait réussi à calmer le froid entre Satoshi et Sakura qui, même si il ne se parlait toujours pas, c'était au moins rapproché.

- Je viens de New York, continuât il sans le moindre accents américain, et okasan m'a beaucoup parlé de toi ... Okasan, c'est la meilleure amie de ta maman ... il parait que tu réussis à rendre le sourire aux gens ! C'est vrai ?!
- Et bien, bredouillais je en ne sachant quoi répondre. C'est vrai qu'on m'avais souvent fait la remarque mais je ne m'étais jamais posé la question. Je n'eus pas le temps de réfléchir plus longtemps, mes amis répondirent à ma place d'une même voix.
- Bien sur que c'est vrai !
- C'est comme un pouvoir magique, ajouta même Sakura.

Le garçon avait l'air de plus en plus décidé et je commençais à avoir peur de ce qu'il allait me demander. Peut être que c'était un chasseur de sorcière et qu'il pensait que j'en était une ? En tout cas, j'avoue sans honte que je n'étais pas au top à ce moment précis ... en tout cas, je ne l'étais pas jusqu'à ce qu'il se mette à genou devant moi et commence à me supplier :

- S'il vous plait, onee-sama, aidez mon petit frère.

Il avait complètement changé et avait commencé à me vouvoyer et à m'appeler "grande sœur". Aider son petit frère ? Moi, je voulais bien mais ... comment est ce que je pouvais faire ? Comme si il avait lu cette question dans mes yeux, il y répondit en se relevant.

- Depuis qu'il est petit, mon frère n'a jamais sourit. Maintenant, il est malade et c'est pour ça que nous sommes allé au Japon avec okasan et otosan ... parce que mon frère avait envi d'aller au Japon. Mais malgré ça, il ne sourit toujours pas et j'ai peur qu'il ne tombe vraiment malade sans jamais avoir connu le bonheur de sourire. Si vous pouviez lui transmettre un peu de votre joie, onee-sama.

Il avait une façon de s'exprimer qui ne me faisait pas vraiment penser à celle d'un enfant mais, en même temps, il avait l'air tellement apeuré que je ne pu lui dire non. Vu les coupures qu'il avait un peu partout, je me doutais qu'il n'avait pas pris le chemin le plus facile pour venir jusqu'au lycée mais il m'expliqua que c'était parce qu'il avait rencontré une bande de garçon qui l'avait tapé. Je voulu lui dire quelque chose mais il me coupa en disant que c'était urgent.
Un quart d'heure plus tard, on était à l'hôpital. C'était le même que celui où j'étais allée après mon coma, il y a cinq ans, et j'avais encore un peu peur de ce lieu. Suivit par mes camarades, je me dirigeai vers la chambre du frère du garçon. C'était la 109. Je poussai la porte en espérant qu'il n'était pas trop tard et vit un petit garçon qui regardait pas la fenêtre, les yeux dans le vide. Il avait l'air vraiment triste et j'avais mal au cœur, rien qu'à le voir. Une fois rentré, je fermai la porte, demandant seulement à Sakura et Satoshi de venir ... si je voulais que leur colère ce calme, je devais en profiter. En voyant qu'il y avait dans sa chambre des gens qu'il ne connaissait pas, le petit paniqua. Son frère tenta de le rassurer mais, sans succès. Tentant avec douceur la technique que m'avais appris Sho à midi, je m'approchais de lui et le caressa, en m'essayant sur le lit. Très vite, son visage s'éclaira et il oublia sa peur. Nous commençâmes à discuter, parlant de pourquoi il avait toujours l'air triste. Apparemment, il avait peur de ne pas être à la hauteur de ce que ses parents et son frère attendait de lui. Son frère, en entendant cela, le pris dans ses bras et lui dit qu'il était désolé de lui avoir mis la pression, ajoutant qu'il l'aimait comme il était mais, qu'avec un sourire, ce serait encore mieux. Il fit un faible sourire, puis retenta sa chance et réussi même à rire. Le garçon était content et ne savait pas comment me remercier, même si je n'avais rien fait. J'avais juste joué les psychologue.
Avant de rejoindre mes amis dans le hall, je demandai à Satoshi et Sakura si il n'avait pas envi de faire la paix, avant de finir à l'hôpital eux aussi, juste pour une petite dispute qui aurait terminé en bagarre. Touché par ce qui venait de ce passait, il acceptèrent et Satoshi alla même jusqu'à s'excuser auprès d'Ayumu pour lui avoir crié dessus. Sur le chemin pour rentrer chez moi, j'entendis quelqu'un qui courait. C'était le petit blond qui m'avait suivit.


- Onee-chan ! Grâce à toi, mon frère à retrouvé le sourire et les médecins on compris que sa maladie était dû à la peur de ne pas être à la hauteur ... on va donc retourné à New York la semaine prochaine, mais je promet que je reviendrais te voir quand je serais plus grand !

Je sourit en l'entendant. C'était une bonne nouvelle de savoir que son frère était hors de danger. Au moment où j'allais ne plus le voir, je l'entendis crier "Au fait ! Mon nom c'est Akira !"

- Et voilà Kit ... dans cette histoire, ont peut vraiment dire que Akira est un ange qui a protégé notre amitié.

J'avais la gorge sèche d'avoir trop lu et bu un verre entier d'eau pour le faire passer. Quand je l'eus fini, on frappa à la porte. Personne n'avait particulièrement envi d'aller ouvrir, bien tranquille sur le canapé et Ayumu, le seul qui se serait sûrement déplacé, s'était endormis de fatigue à la moitié de l'histoire. Je me levai la première pour y aller, ne supportant plus le bruit de la sonnette, et ouvrit la porte pour tomber nez à nez avec un garçon qui me semblait familier.

- Salut onee-chan ! Je suis revenu !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site