Naive love : Chapitre 3

Alors ... J'ai déjà fini le chapitre 4 en réalité mais je ne le posterais pas tout de suite vu que je fais une pause dans naive love pour écrire mes one shot sur prince of tennis ... Je vais passer sur les délires de Fuji qui n'a pas encore eu le temps de décuver et il raconte n'importe quoi ... Pauvre petit, je vais vraiment taper Akihito la prochaine fois qu'il donne de l'alcool ! N'importe quoi ! Akihito ne réfléchis vraiment pas ... Mais quel abruti ... Sinon ... Je suis un peu fatigué ... Je vais donc continuer demain à mettre quelques chapitre et je ferais la fiche de new demain ... Allons-y, encore une fois ^^ J'aime vraiment écrire n'importe quoi XD

Chapitre 3 : Confusion

- Makoto, veux tu sortir avec moi ?

Makoto ne pouvait pas s'empêcher de se retourner dans son lit malgré l'heure avancé ... Un coup d'œil à son réveil lui suffis pour réaliser qu'il devait absolument arrêter de paniquer de cette façon. Il était déjà quatre heures du matin alors, même si il arrivait à s'endormir maintenant, ça ne servirait plus à rien puisqu'il devrait, malgré tout, se lever dans une heure et il n'aurait donc pas son compte de sommeil. Sur cette pensée, il quitta son futon qui lui semblait soudainement trop petit et commença à tourner en rond dans sa chambre ... Oui, décidément, c'était plus sympathique comme ça. Il avait plus de place. Pourtant, ça ne suffisait pas pour lui mettre les idées aux clairs alors il se décida à laisser tomber tout espoir de trouver la moindre idée intéressante à mettre en pratique.
Akira lui avait dit qu'il voulait sortir avec lui ... Pourquoi avait il fait une chose pareille ? Juste avant, il lui avait menti en disant qu'il n'avait jamais déclaré ses sentiments et brusquement, il les acceptait et lui proposait même de sortir avec lui ... Qu'est ce que ça voulait dire d'ailleurs « sortir ensemble » ? Makoto n'avait encore jamais eu de relation amoureuse et n'avait pas la moindre idée de ce que cela voulait dire. Il était juste tombé amoureux d'Akira, sans se poser de questions et sans réfléchir à ce qui pourrait arriver si il lui déclarer ses sentiments et que son senpai éprouvait la même chose que lui. Alors pourquoi est ce que tout avait brusquement basculer ? Mais le pire dans tout ça, ce n'était pas qu'il avait l'impression de forcer son senpai à faire quelque chose qu'il ne voulait pas mais qu'il ne savait pas si il pouvait croire les sentiments que le brun avait dit éprouver pour lui. Il avait toujours eu une confiance sans faille pour l'adolescent mais désormais, il ne savait plus si il pouvait le croire ... Après tout, il lui avait menti et aurait certainement continué si Sakaki ne lui avait pas appris la vérité avant ... Pouvait il vraiment croire ce qu'il lui disait désormais ? Il était, certes, naïf, mais il y avait des limites et il avait l'impression qu'il ne devait pas se faire avoir une nouvelle fois en faisant trop confiance au deuxième année. Que se serait-il passé si Sakaki n'avait pas évoqué sa déclaration ? Est-ce qu'Akira aurait finir par lui dire la vérité ou se serait il joué de son kôhai jusqu'à ce qu'il change d'école ? Cette simple pensée donnait envi de pleurer à Makoto.
Il avait compris que ça ne servait plus à rien de réfléchir ou d'essayer de dormir alors le métisse avait enfilé son uniforme de sport et rangé son uniforme et sa raquette dans son sac de sport puis avait quitté la maison. Il partait toujours avant que tout le monde soit réveillé alors personne ne s'inquiéterait de ne pas le voir prendre son petit déjeuné et il pourrait plus facilement réfléchir en faisant une activité qu'il affectionnait particulièrement. Il lui était impossible de faire du kyudo puisque le dojo n'ouvrait qu'à 8h30 mais il y avait, à côté de l'école, un terrain où il pourrait frapper quelques balles contre un mur sans déranger personne. De toute façon, il était déjà quatre heure et demi du matin, il n'aurait rien gagné en restant dans son lit puisque l'entrainement du matin commençait à sept heure, ce qui le forçait à se lever à cinq heures pour avoir de temps d'arriver à l'école. Il poussa un petit soupire las en pédalant sur la route vide qui menait au lycée. Que devait-il répondre à Akira ?

« Ohé, Makoto ... tu m'écoutes ? » « Je suis désolé, senpai ... Je crois que j'ai besoin d'un peu de temps pour vous offrir une réponse satisfaisante. ». En entendant ça, Akira avait eu l'impression que son cœur allait s'arrêter. Il n'aurait jamais pensé, en composant le numéro de son ami, qu'il lui répondrait une chose pareille ... Il l'avait imaginé emballé à l'idée d'avoir une histoire d'amour avec lui mais, au lieu de cela, il lui avait annoncé qu'il avait besoin d'un peu plus de temps pour réfléchir. C'était une blague ? Alors qu'il avait cru mourir en prononçant une phrase pareille ! Décidément, ce gosse ne savait pas ce qu'il voulait ! Mais en même temps, cela rassurait un peu Akira ... Il n'aurait peut être pas à faire semblant de jouer les amoureux transis ... Car, peu important comme il regardait, il n'avait pas l'impression d'aimer Makoto. Jusqu'à présent, toutes les personnes pour qui il avait ressenti des sentiments étaient des filles et il n'avait pas l'impression que cela avait changée.
Il poussa un profond soupire en regardant son réveil et se retourna dans son lit pour ne plus entendre la sonnerie. Il avait vraiment très mal dormi durant toute la nuit et se demandait bien comment il allait pouvoir supporter une journée de cours dans un tel état. Pourtant, il allait bien devoir le faire, même si ça ne lui plaisait vraiment pas ... Et il devrait aussi jouer les parfaits petits amis après de Makoto, même si celui-ci n'avait pas encore accepté de répondre à ses « sentiments ». Il n'avait pas vraiment envi de faire ça mais, pour le moment, c'était la seule solution qu'il avait trouvé pour ne pas gâche complètement son amitié avec Makoto, alors il allait devoir s'y tenir ... Qui sait ... Peut être qu'à avec de la chance, Makoto allait comprendre qu'il avait affaire à un garçon insupportable et n'allait plus vouloir sortir avec lui ... Mais en même temps, il ne savait pas vraiment ce qu'il ressentait pour l'adolescent. Il avait l'impression que c'était plus fort que de l'amitié mais ce n'était pas de l'amour non plus ... Il avait l'impression de considérer l'adolescent comme un petit frère qui a besoin qu'on s'occupe de lui et qu'on surveille qu'il ne fasse rien de dangereux ... Au fond, ça lui plaisait bien, même si il n'avait pas du tout envi de l'avouer ...
Allez, il était temps de se lever même si il ne savait absolument pas comment il allait devoir se comporter avec Makoto ... Devait-il faire comme si ils étaient ensembles ? Ne devait-il rien changer à sa façon de se conduire ? Et surtout, devait-il allait le chercher le matin pour lui montrer qu'il pensait à lui ? Le mieux était qu'il reste le même Akira qu'avant. S'il commençait à être trop entreprenant, Makoto aurait des doutes sur sa franchise ... Après tout, il lui avait déjà menti une fois, il ne pouvait pas se permettre de perdre sa confiance ... Sinon, il ne pourrait plus le protéger contre toutes les personnes qui en voulaient à sa virginité !

Makoto entrouvrit ses yeux en entendant son nom être répété en boucle. Devant lui se tenait Takashi qui était en train de secouer l'adolescent, visiblement pour le réveiller. Quand s'était il endormi ? Il ne se souvenait que d'un cours de mathématique plus ennuyeux que les autres et de son manque de sommeil qui l'handicapait fortement ... Il avait dû s'assoupir à ce moment là ... Mais le professeur de mathématique n'était plus là et la salle commençait à se vider ... Quelle heure était-il ? Ce fut la question qu'il posa à Takashi dès qu'il eu émergé du monde des rêves où tout était beau et merveilleux ... Le pays des bisounours par apport à la réalité qu'il allait devoir affronté.

- L'heure qu'il est ? Cette où on mange, ça se suffit comme réponse ? Soupira son ami en le regardant, visiblement intrigué. Tu t'es endormi dès la première heure et tu n'as plus rouvert l'œil depuis. Je voulais savoir si tu avais l'intention de venir t'entrainer.
- Hum, bredouilla le blond en frottant ses yeux comme un enfant. Je pense que je vais venir, oui ...
- Mimomiya ! Y'a quelqu'un pour toi, un deuxième année !

En entendant cette annonce qui venait d'un des élèves assis prêt de la porte de la salle, Makoto se retourna en pensant voir Sakaki, désireux de faire un match, comme chaque jour à la même heure ... Mais ce n'était pas Sakaki qui se tenait devant la porte avec un sourire gêné et une main derrière la tête ... Non, il s'agissait d'Akira Tekemoto, la personne qu'il avait à la fois le plus et le moins envi d voir à cet instant précis. Comment devait-il réagir face à cette brusque apparition ? Devait-il se lever et lui passer devant comme si il ne l'avait pas vu, histoire de marquer le coup ? Non, il était tout simplement incapable d'agir de cette façon, surtout avec Akira qui l'avait aidé depuis son arrivé ici, même s'il n'avait pas encore très bien compris pourquoi. Alors devait-il aller le voir et lui parler, comme si de rien n'était ? Comme s'il ne lui avait pas menti la veille, brisant d'un coup toutes ses espérances d'obtenir son amour ? Non ... Il ne pouvait pas le faire ... ça lui faisait trop mal à cœur d'agir comme s'il ne s'était rien passé ... Il en était parfaitement conscient. Mais il ne pouvait pas passer le reste de l'année à l'éviter sous de faux prétexte même si celui « je dois aller m'échauffer » commençait déjà à germer dans sa tête ... Mais, comme toujours, son senpai fut plus rapide que lui et s'approcha de la table du plus jeune, un air faussement gêné sur son visage habituellement froid.

- Je voulais juste savoir si tu avais envi de manger avec moi ... Commença Akira en regardant partout sauf la personne à qui il s'adressait. Je voudrais vraiment m'excuser pour ce que j'ai fait hier et j'ai encore plein de chose à te dire ... Parce que tu n'as pas fait que me parler à la fête ...

Il avait préféré sous-entendre la déclaration du métisse dans ses paroles afin d'être sur qu'il ne lui ferait pas la gueule pour avoir révélé au grand jour le fait qu'il était gay mais Makoto ne semblait pas complexé le moins du monde par son homosexualité. A ce moment précis, tout ce qui n'était pas Akira ne l'intéressait plus du tout, même le match de tennis dont il rêvait quelques minutes auparavant. La voix de son senpai l'avait entièrement ensorcelé et même si il avait voulu le conduire en enfers, le blond l'y aurait accompagné sans faire d'histoire. Et surtout, il ne comprenait pas ... Il avait fait autre chose que déclarer son amour ce soir là ? Est-ce que ça avait un quelconque rapport avec le rêve qu'il avait fait dans lequel il se voyait embrasser son ainé ? Alors il y avait réellement eu un scène comme ça ? Impossible, c'était juste un rêve, rien à voir avec un souvenir ! Pourtant, la curiosité fut plus forte que son envi irrépressible de fuir et, cumulé à la voix ensorcelante de son senpai, cela suffis à faire pencher la balance morale de l'adolescent ... Il se retourna vers Takashi avec un petit sourire mi-dépressif, mi-inquiet et s'excusa platement.

- Je vous rejoindrais aussitôt que j'aurais terminé de manger.
- Prends ton temps, lui répondit son camarade de classe en prenant le chemin des cours de tennis. Ne te rend pas malade pour nous, on a bientôt un tournois.

Répondant d'un simple signe de main, il se mit ensuite à suivre son senpai en se demandant où il allait bien pouvoir l'emmener et si il n'avait pas menti pour susciter sa curiosité en disant qu'il y avait quelque chose d'autre qui s'était passé lorsqu'ils avaient dormis ensemble. Rapidement, les deux garçons se retrouvèrent sur le toit, vide à cette heure-ci, car il s'agissait d'un lieu peu apprécié de la plupart des élèves. Makoto s'assit et pris ses baguettes pour manger son bento alors qu'Akira semblait peu désireux de tout lui raconté. Alors que le métisse commençait sa salade, il se décida finalement à se lancer.

- Ecoutes ... Déjà, je suis vraiment désolé de t'avoir menti hier, je ferais en sorte que ça n'arrive plus ... Ensuite ... J'aimerais vraiment que tu réfléchisses à ce que je t'ai dit au téléphone hier ...
- Pouvez-vous juste me raconter se qui c'est passé lorsque j'étais chez vous ? Vous avez dit qu'il n'y avait pas eu que ma déclaration.
- Exacte ... Akira poussa un soupire, regarda son sandwich puis de nouveau l'adolescent et continua son histoire. Quand tu étais complètement ivre, tu n'as pas arrêté de me répéter que tu m'aimais, encore et encore ... Alors ... Comme tu refusais de dormir, j'ai décidé de t'embrasser pour que tu te taises ...

Makoto s'y était attendu si bien qu'il ne régit absolument pas et se contenta de continuer à manger son omelette. Alors ce n'était pas seulement un rêve ... Il avait vu une scène qui était réellement arrivé ... Et il avait embrassé ... Akira. A cette pensée, et sans s'en rendre compte, il passa ses doigts sur sa lèvre inférieur. Il ne se souvenait plus du tout de ce qu'il avait ressenti en embrassant son senpai ... Voyant le blond caresser ses lèvres, le japonais ne résista pas et s'approcha de lui avant de lui murmurer, sa bouche à quelques centimètres de la sienne, un vague « je peux ? ». Hypnotiser par sa voix, Makoto se contenta d'hocher la tête. Il voulait voir ce que ça faisait ... Il avait envi de ressentir ce que ça faisait d'embrasser Akira ! Il désirait vraiment savoir ! Pas parce qu'il était curieux mais parce qu'il aimait vraiment le deuxième année. Il voulait essayer, juste avec lui ...

La balle de Makoto frappa pile sur la ligne de fond de cour, lui apportant la victoire contre Takashi, six jeux à quatre. Il avait finalement réussi à battre le premier année et il fallait avouer qu'il n'en était pas peu fier car celui-ci avait été son objectif dès le moment où il avait mis les pieds au club de tennis. Bien sur, ce n'était qu'une victoire et il y aurait beaucoup d'autres matchs, mais il était déjà content d'avoir réussi à le battre. Mais se n'était pas le moment de se relâcher et ils allaient participer à un tournois entre les différentes écoles de la ville dans moins d'une semaine et il fallait vraiment qu'ils se préparent ! Pour cela, le capitaine avait fait à chacun une liste des choses à faire tous les jours pour vaincre leurs différents points faibles. Pour Makoto, si le contrôle et la puissance qu'il avait sur la balle ne pouvait aucun problème, il y en avait un vrai au niveau de l'endurance. Il était plutôt rapide pour sa petite taille, les différents sports qu'il avait pratiqué lui avait formé une certaine musculature et le tir à l'arc lui avait appris à vider son esprit pour se concentrer uniquement sur la cible, ce qui l'aidait considérablement lorsqu'il jouait, mais l'endurance restait un réel problème puisqu'il était incapable de tenir un match plus d'une demi-heure, ce qui risquait d'être gênant lorsqu'il devrait jouer des matchs contre quelqu'un de son niveau. C'est pour cela qu'il commença à faire cinquante tours de terrain, comme cela était écrit sur son programme, dans le but de renforcer son endurance. Il devait le faire tous les jours pour s'habituer et il devait assez faire tous les exercices possibles pour l'entrainer à supporter les matchs de longues durées. Après un tel entrainement, il était relativement content de se dire qu'il pourrait aller au dojo de kyudo après pour se retrouver en communion avec lui-même ... ça ne serait pas de refus même s'il avait un peu peur que son arc soit troublé par le changement de relation entre Akira et lui ... Même s'il ne lui avait toujours pas donné de réponse, il s'était embrassé et pour l'adolescent, c'était déjà allé beaucoup trop loin ! Et surtout, ce baiser lui avait fait réalisé ce qu'il avait toujours su ... Il était profondément amoureux d'Akira et il ne pouvait rien faire contre ce sentiment, même s'il lui en voulait de lui avoir menti, même s'il ne savait pas s'il pouvait encore avoir confiance en lui comme avant ... Il ressentait toujours la même chose à son égard et il n'y pouvait rien. A cette pensée qui lui semblait honteuse, Makoto accéléra un peu et fut repris par le capitaine :

- Hoï, Makoto-kun ! Ce n'est pas une course de vitesse, pas la peine d'aller aussi vite pour le moment ! Avance à ton rythme pour les premières fois, tu iras plus vite demain ! Essaye de faire un tour toutes les deux minutes maximum et petit à petit, tu réduiras la durée.

L'adolescent acquiesça d'un signe de tête et ralenti l'allure même si, en réalité, il aurait préféré aller plus vite encore pour se vider entièrement la tête et oublier tout ce qui s'était passé, tout ce qui concernait Akira et qui allait réellement finir par le rendre malade s'il ne trouvait pas rapidement une solution. Il aimait Akira et le baiser qu'ils avaient échangé le lui avait prouvé, une fois de plus ... Pourtant, il n'arrivait pas à accepter sa déclaration parce qu'il ne savait plus s'il pouvait lui faire confiance ou s'il n'était pas, encore une fois, en train de lui mentir. Il avait honte de soupçonner son ami de cette manière alors qu'il avait toujours été là pour lui depuis qu'ils se connaissaient mais, la veille, il avait eu l'impression d'être trahi et n'était pas sur d'être encore tout à fait remis de ce qui s'était passé. Il avait envi de lui faire confiance, de croire qu'il avait des sentiments pour lui et qu'il était sincère quand il disait vouloir sortir avec lui mais il ne pouvait plus le croire comme avant parce qu'il avait compris qu'il n'hésitait pas à lui mentir, y compris sur des choses aussi importantes que la déclaration qu'il lui avait fait.

- Comment ça s'est passé avec Tekemoto ? Demanda Sakaki alors qu'ils attendaient que ça soit leur tour de passer faire les exercices concocté par le capitaine. Vous vous êtes réconciliés ? Parce que j'ai entendu dire que vous aviez mangé ensemble ce midi ... Tu lui as déjà pardonné ?
- Je ne sais pas, répondit le métisse en regardant fixement le terrain où Yukimura et le capitaine s'envoyaient des balles, semblant avoir confondu le match d'entrainement avec un match officiel. Je pense que je lui en veux encore mais, au final, je n'arrive pas à le détester.
- C'est normal puisque tu lui as dit que tu l'aimais, rappela l'autre avec un petit soupire. C'est dommage d'ailleurs puisque tu mérites mieux qu'un gars comme ça ... Même si tu préfères les garçons, hein ! Y'en a plein.
- Je ne sais pas si je préfère les garçons aux filles, le coupa le blond sans quitter le court des yeux. Je ne me suis jamais posé la question. Je ne sais même pas pourquoi j'aime Akira-senpai.
- Je suppose que tu n'y peux rien
, conclus le plus âgé en prenant sa raquette en entendant le match de Yukimura et le capitaine se finir sur la victoire du capitaine.
Mais Yukimura-senpai était vraiment effrayant quand il s'est énervé !
- Makoto, Sakaki ! Cria le capitaine en prenant la bouteille d'eau que lui tendait son meilleur ami, tout aussi épuisé que lui. Sur le terrain !
- Allez, Makoto-chibi-tan, s'exclama Sakaki en se pressant vers le terrain avec un immense sourire. Il est temps pour moi de prendre ma revanche et de te mettre la pâté que tu mérites !
- Ne soyez pas trop dur Sakaki-senpai, répliqua le plus jeune d'un ton faussement poli. J'ai déjà joué un match contre Maki-kun.
- Ne crois pas que c'est pour ça que je vais me retenir ...

A peine avait il dit cela que Sakaki se mit en mode « match » et frappa la balle contre le sol en cherchant le point faible de son adversaire pendant que l'arbitre annonçait « one set match, Sakaki to serve ! » Son senpai avait bien l'intention de laver son honneur en remportant la victoire mais Makoto n'avait pas l'intention de le laisser faire. Pourtant, malgré toute sa bonne volonté, il ne pu rattraper la première balle qu'il lança et se contenta de la regarder passé ... Il avait frappé bien plus fort qu'il ne l'avait cru et n'avait même pas eu le temps de se déplacer. Sakaki s'était encore amélioré depuis leur précédent match et il aurait certainement du mal à le remporter cette fois-ci. Il allait devoir se ressaisir rapidement car ce n'était pas le jeu blanc qu'il venait de se prendre qui allait lui assurer la victoire qu'il avait l'intention d'avoir.
Makoto regarda donc son adversaire droit dans les yeux en se disant que, pour le moment, il allait déjà essayé de conserver son jeu de service, ce qui ne serait pas un mal dans sa situation. Sur cette pensée encourageante, il lança la balle en l'air pour la frapper avec toute sa force. Il recommença ainsi trois fois de suite et, même si Sakaki réussi à lui renvoyer la dernière, il mit le point en la rattrapant sans grande difficulté. Son senpai ne se serait jamais douté que le petit premier année chétif était capable d'envoyer des balles aussi puissantes et ça l'avait un peu déstabilisé mais le métisse était bien consciente que sa technique ne marcherait pas une deuxième fois.

- Qui aurait cru qu'en fait, c'était le gamin qui nous ménageait quand il jouait, nee Yuki, fit remarquer la capitaine en voyant Makoto renvoyer sans grande difficulté l'une des balles de son adversaire.
- J'avoue que même si je me doutais qu'il nous cachait quelque chose, répondit son ami en s'assayant sur le banc, je n'aurais jamais pensé que c'était une force pareille.
- Moi, soupira Takashi qui venait de finir son entrainement spécial pour travailler son contrôle, je me demande surtout où il cache ses muscles. Il a plus le profil de la victime que de l'agresseur.
- Makoto n'a agressé personne, corrigea Kurokawa qui venait de finir son match contre Yukito.
- En tout cas, cela va probablement rendre le match entre ces deux là encore plus intéressant qu'il aurait pu l'être, fit remarquer Yukito, dépité d'avoir perdu contre son ami d'enfance.

En effet, le match qui était pourtant bien parti pour être expéditif se prolongea pendant plus d'une demi-heure durant laquelle les échanges entre les deux adversaires se faisaient de plus en plus violent, jusqu'à ce que, finalement ...

- Game and match, Mimomiya. 7 game to 5.

Makoto passa sa main sur son front dans l'espoir d'éponger au maximum la sueur qui coulait abondamment le long de son visage ... Si Sakaki avait rattrapé sa balle, il n'aurait peut être pas gagné le match. Le dernier coup de son senpai avait été si puissant qu'il lui avait fait lâcher sa raquette. Si la balle avait passé le filet, c'était uniquement un coup de chance ! C'était ce qu'il dit à Sakaki lorsque son adversaire vint le féliciter pour sa victoire mais ce dernier se contenta de répondre que la chance faisait aussi partie du jeu. Il avait raison mais il avait quand même un peu l'impression d'avoir volé la victoire à Sakaki. S'il avait rattrapé la balle, il avait forcément eu le point puisque la raquette de Makoto était à plusieurs mètres de lui à ce moment là ...

- Il ne l'a pas rattrapé alors arrête de penser « et si, et si ». Si tu as gagné, c'est que tu le méritais, lui expliqua Akira sur le chemin du retour.

Il avait en effet été décidé à la pause de midi que, jusqu'à ce que Makoto prenne une décision, Akira continuerait de le raccompagner jusqu'à chez lui comme ils avaient toujours eu l'habitude de faire avant cette histoire de déclaration, finalement, beaucoup trop compliqué pour eux deux. Chacun d'entre eux était confus et ne savait pas comment il devait agir ou le choix qu'il devait faire. Continuer à faire semblant d'aimer ? Accepter l'amour de l'autre ? Akira ne savait pas quel choix faire ... Plutôt que de choisir de lui mentir, il aurait été plus simple de lui dire qu'il n'était pas sur des sentiments qu'il éprouvait pour lui, ce qui n'était absolument pas un mensonge ! Makoto, lui, ne savait pas s'il pouvait faire confiance à l'adolescent qui lui avait menti la veille sur un sujet extrêmement important pour lui. Peut être avait-il pris sa déclaration comme une blague mais il savait pourtant que le métisse n'était pas le genre à plaisanter, surtout sur ce genre de sujet. Aussi hésitait-il. Devait-il écouter son esprits qui lui disait de refuser la déclaration de son senpai et de s'éloigner un maximum ? Devait-il écouter son cœur qui le suppliait d'accepter cette déclaration, aussi bidon qu'elle puisse être ? Il aurait tellement voulu laissé son cœur décidé pour lui mais il avait peur d'être blessé en débutant une telle relation avec Akira. Et si, une fois de plus, il ne faisait que lui mentir ? Le petit blond n'était pas sur de pouvoir supporter un mensonge de plus portant sur les sentiments ... Il avait juste envi d'oublier l'incident qui s'était déroulé pendant la veille et de reprendre une relation normal avec son ami, comme avant ... Une relation où il pourrait l'aimer autant qu'il voulait, en secret. C'était tellement plus simple d'aimer sans rien dire ... Il n'y avait pas autant d'inquiétude. On était jaloux des gens qui approchait la personne aimé ... On se demandait à quoi elle pouvait penser lorsqu'on regardait les étoiles ... Mais, à aucun moment, on ne se demandait elle, en vérité, elle ne faisait pas que nous mentir depuis notre rencontre. Pourquoi était il allé à cette soirée déjà ? Parce qu'Akira le lui avait demandé ... Avec toute cette agitation, il avait complètement oublié que le deuxième année était la personne qui avait déclenché tout cela depuis le début jusqu'à la fin ... Il l'avait emmené à la fête ... Il l'avait fait boire ... Il l'avait embrassé et lui avait caché tout ce qui s'était passé ... Il lui avait ensuite demandé de sortir avec lui. S'il ne lui avait pas proposé d'aller à la soirée, Makoto n'aurait jamais déclaré ses sentiments et ils auraient encore une relation amicale avec Makoto cachant ses sentiments et Akira le protégeant des gens qu'il qualifiait de « pervers manipulateur ».

Akira poussa un profond soupire en se laissant tombé sur son lit ... Il avait raccompagné Makoto jusqu'à chez lui mais le gamin n'avait pas décroché le moindre mot du chemin. Il s'était contenté de regarder fixement ses chaussures comme s'il s'agissait de la plus belle chose qu'il n'ait jamais vue dans sa vie, et aussi la plus passionnante. Comme quoi, lorsqu'on était gêné ou que l'on cogitait, on trouvait les choses les plus banales particulièrement intéressantes. En même temps, il pouvait comprendre le comportement de son ami. Il lui avait menti à propos de sa déclaration et, désormais, il lui proposait de sortir ensemble ... Normal que, même avec sa naïveté, Makoto ait des soupçons ! Mais en même temps, il avait eu beau se triturer les neurones dans tous les sens, il n'avait pas trouvé d'autre solution de retrouver une situation de calme avec le métisse qu'il ne voulait, décidément, pas perdre. Oui, il tenait beaucoup à lui, même s'il avait eu du mal à l'admettre dans un premier temps. Il n'avait peut être pas les mêmes sentiments pour l'adolescent que ceux qu'il avait pour lui mais il n'était pas complètement insensible à sa timidité et à son innocence qui le rendait tellement adorable alors, même s'il ne l'aimait pas, il voulait le garder près de lui, parce qu'il l'appréciait quand même et qu'il le trouvait mignon.

Makoto couru vers la balle avant de la renvoyer avec force sur le mur en face de lui pour répéter ensuite le même schéma. Il avait bien essayé de faire du tir à l'arc mais il n'y avait rien eu à faire, il avait été incapable de toucher la cible. Sensei avait été clair sur ce point « tant que quelque chose te travaillera, Makoto, ça altérera ton arc et tu ne pourras pas tirer comme d'habitude. Cherche la solution à ton problème puis reviens t'entrainer ». Il n'avait donc plus que le tennis pour se changer les idées. Il était bien conscient qu'il était vingt-deux heures trente et qu'il aurait dû être chez lui depuis très longtemps et qu'il risquait de se faire sérieusement taper sur les doigts à son retour, néanmoins, il n'avait pas envi de rentrer ... En tout cas pas maintenant. Il avait encore besoin de s'entrainer, de se dépenser autant qu'il le pouvait pour ne plus penser à cette déclaration que lui avait fait Akira ... Pour ne plus avoir à se demander s'il pouvait le croire ou continuer à réfléchir à ce qui avait pu changer entre le moment où il lui avait menti et le moment où il l'avait appelé. Qu'est-ce que s'était passé durant ces quelques heures pour qu'il semble brusquement changer d'avis ? C'était d'avoir vu Yukimura le défendre ? A cette pensée, Makoto frappa la balle plus forte sans même le réaliser. Est-ce qu'il avait été jaloux ? Il n'avait pas l'impression que c'était son genre pourtant.
La balle atterrit dans la main du blond ... Même jouer contre à mur de l'aidait pas à se relaxer. Il ne lui restait plus qu'à partir à la recherche d'un court ouvert la nuit et d'un adversaire. De toute façon, vu l'heure, il était bien parti pour se faire punir alors autant continuer à enchainer toutes les bêtises possibles la même nuit, c'était plus facile et il aurait le droit à une punition groupée, ça serait plus simple à gérer. Il allait s'exécuter lorsqu'il senti son téléphone vibrer et le numéro de sa mère s'afficher ... La discussion ne dura pas très longtemps ... « Désolé Makoto, ton père et moi n'allons pas pouvoir rentré de la nuit, nous avons beaucoup de travail pour préparer la réunion de demain. J'ai appelé ton ami, Tekemoto-kun et il a gentiment accepté de t'héberger toute la soirée, jusqu'à demain matin. Il voulait passer te prendre mais je lui ai dit que tu étais un assez grand garçon pour y aller seul. Bonne chance mon poussin. » Elle raccrocha aussitôt qu'elle eu fini de dire tout ce qu'elle voulait annoncer et Makoto regarda le mur en face de lui ... Il n'allait tout de même pas vraiment aller dormir chez Akira ! Pas après ce qui se passait entre eux à ce moment précis ! Bien sur, il y avait aussi Shinichi chez les Tekemoto mais comment devrait-il réagir si Akira lui demandait sa réponse ? Il n'en avait pas encore à lui offrir ! Même s'il était sur de ses sentiments, ce n'était pas la même chose pour ceux de son senpai et il ne voulait pas risquer de souffrir une nouvelle fois à cause d'un de ses mensonges, c'était ce qu'il avait compris la veille. Non, il ne pouvait décidément pas passer la nuit chez les Tekemoto, et tant pis si sa mère le grondait en l'apprenant.
Il reprit la balle avec laquelle il s'entrainait et la lança en l'air avant de la frapper pour reprendre son entrainement. Il n'avait plus le courage d'aller jusqu'à un court de tennis ouvert, surtout qu'il ne savait pas s'il y en avait un dans le quartier et que son sens de l'orientation était assez limité ... La balle frappa sur le mur puis sur le sol et enfin sur sa raquette avant de répéter le même schéma pendant que le cerveau de l'adolescent tournait à plein régime. Le bruit que faisait la balle l'apaisait et l'aidait à réfléchir. Il devait trouver sa réponse ...

Akira poussa un profond soupire en s'avachissant sur le canapé de l'appartement qu'il partageait avec son frère. Leurs parents passaient leur vie à voyager à travers le monde et ils envoyaient chaque mois à leurs deux garçons de quoi payer leur frais d'étude et le loyer, si bien qu'ils étaient désormais habitués à vivre seul et à travailler dans un conbini pour gagner de l'argent de poche.

- Il devrait arriver à quelle heure ton ami ? Lui demanda son frère qui s'activait dans la cuisine.
- Pas la moindre idée ... répondit son jumeau en attrapant le magasine sur la table. Il est d'un genre un peu particulier alors je ne sais jamais comment il va agir.
- C'est surement pour ça que tu l'aimes autant, ironisa Shinichi en coupant un navet. Ou alors, il refuse de venir parce que tu l'as fait pleurer hier.
- Comment-est-ce que tu sais ça ?! S'exclama le plus jeune en frappant du point sur la table.
- Yukimura passe souvent ses nerfs sur Tetsuo alors, quand je l'ai eu au téléphone, il m'a raconté que tu avais fait pleurer le petit titulaire de première année.
- Ce n'est pas comme si j'avais vraiment voulu le faire pleurer ! C'est juste un concours de circonstance qui ont fait que !
- Bien sur, j'ai l'habitude de t'entendre dire ça ... Mais tu devrais te calmer un peu ... Et ne commence pas à t'en prendre aux garçons !

Avant qu'Akira n'ait eu le temps de répliquer quoi que ce soit, quelqu'un frappa à la porte. Quelques petits coups timides qui forcèrent le petit frère à se levé pour allé ouvrir. Derrière la porte, il y avait Makoto, les joues rougies, peut être par la fatigue, peut être par la timidité ... Il portait encore ses vêtements de sport et semblait ne pas vraiment savoir comment faire. Son sac de classe était dans sa main gauche et son épaule droit portait son sac de sport qui contenait sa raquette et le reste de ses affaires ... Il ne devait pas être rentré chez lui ... Akira sourit pour le mettre en confiance et l'invita à rentrer en disant que son frère était en train de préparer un véritable festin dont il avait le secret mais Makoto le bougea pas. Son regard fixait son senpai et il fini par l'attrapé par le bas du tee-shirt.

- Akira-senpai, je crois que je vais accepter votre proposition.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×