L'aventure palpitante d'Usagi Murota : Chapitre 4

Note de l'auteur : Je n'ai pas tellement aimé écrire ce chapitre car, en réalité, il a été fait après le suivant et l'épilogue (oui, on arrive à la fin). De plus, si j'avais les idées, je ne savais pas comment faire avencer l'action ... Je voulais préparer un peu le lecteur à la fin qui viendra assez rapidement ... J'avoue que j'ai un peu honte de ce chapitre ... Il est super raté mais, on va dire que c'est parce que c'est un premier jet ... Vous aurez probablement, un jour, le droit d'avoir une version corrigé d'ici le mois de Janvier ...

Chapitre 4 : Le prix de l'hésitation

- Tuez la personne qui m’a pris ma mère ! Je vous en pris !

Usagi était allongé dans son lit, les yeux regardant le plafond, une paire d’écouteur enfoncé dans ses oreilles. Elle était coupée de toute réalité et ne réalisant même pas que quelqu’un frappait à sa porte … Probablement le gérant de l’hôtel. Elle poussa un soupire et se redressa sur son lit avant de se diriger vers ce qui lui servait de bureau. Elle pris entre ses doigts fins, le papier où elle avait écrit le nom de sa future victime ainsi que son adresse et elle sortie un ordinateur, qui était probablement la seule chose coûteuse qu’il y avait dans cette pièce, de sous son lit. Elle se demandait encore parfois comment il pouvait y avoir une connexion à internet dans un endroit aussi miteux mais, au moins, ça lui permettait de travailler … « Takamura Shûji » … Il lui semblait en avoir déjà entendu parlé mais elle ne parvenait pas à replacé une visage sur le nom.
Une rapide recherche mis fin à ses doutes. Elle avait à peine appuyé sur la touche « entrer » que, déjà, un lien intéressant c’était affiché à l’écran. Une affaire d’adultère, de drogue … Et bein … Visiblement, ça n’était pas que du jolie … Elle appuya sur l’adresse du site et se plongea dans l’article. Takamura Shûji, si c’était bien le même que celui dont elle devait s’occuper, était le PDG de la grande entreprise « Takamura and Cie », qui faisait dans la publicité. Il y a une dizaine d’année, ils avaient été accusés de participer à un trafic de drogue assez important qu’aurait contrôlé Nishimura Kazuya, la jeune maîtresse de Takamura. Comme si le choc d’avoir été trompé n’avait pas été assez dur pour Takamura Ryoko, la femme du PDG, son mari l’accusa d’être la responsable de tout ça et la rumeur courait qu’il avait versé un pot de vin au juge pour qu’il la déclare coupable lors de son procès. Takamura Ryoko ne pu jamais se remettre de la trahison de l’homme qu’elle aimait et se suicida après quelques jours en prisons. C’était donc cela que la cliente d’Usagi avait voulu dire par « la personne qui m’a pris ma mère » … Elle estimait que cet homme était responsable de la mort de sa mère … Et elle lui demandait de tuer son propre père ?
Usagi s’allongea de nouveau sur son lit, sans prendre la précaution de ranger de nouveau son ordinateur portable. Alors c’était ça la véritable histoire … Une histoire de trahison qui n’avait pas été digéré … Elle eu un petit rire nerveux en repensant à sa propre histoire. Alors cette femme avait choisis la solution des lâches, abandonnant sa fille avec un homme qu’elle détestait. Elle ne savait pas qui des deux étaient le plus pitoyable et elle ne voulait même pas y penser de toute façon … Pour le moment, il fallait qu’elle réfléchisse à un plan pour tuer sa cible … Peut être arriverait elle mieux à réfléchir en faisant un tour dehors. D’après les plans de la maison – si on pouvait encore appeler ça une maison malgré la taille qui faisait au mois cent fois l’appartement minuscule d’Usagi – elle était bien gardé et il faudrait qu’elle trouve une arme avec une capacité de balle importante et munis d’un silencieux … Hum …. Dans ces conditions, elle avait peut être l’arme idéale. En général, elle n’aimait pas tirer sur d’autre personne que sa cible mais si elle voulait les éviter, elle risquait de perdre du temps inutilement.

Le parc était désert, comme on pouvait s’en douter à l’heure tardive. Usagi s’assit sur un petit banc éclairé par un lampadaire et regarda encore une fois le plan qu’elle avait passé l’après midi à mettre au point. Il allait falloir qu’elle agisse ce soir, à minuit … Il lui restait donc moins d’une heure. Elle jeta un coup d’œil à la veste noir qu’elle portait … Son pistolet était bel et bien là, pesant du côté droit. Avoir une arme sur elle était devenue tellement habituelle qu’elle se sentait presque déséquilibré lorsqu’elle n’en avait pas avec elle. Elle regarda sa montre … Dans dix minutes, elle allait devoir se diriger vers la villa des Takamura. A moins d’un événement imprévu, tout irait bien … Sauf incident …

- Usa-chan ? Qu’est ce que tu fais là ?

Elle leva les yeux en entendant une voix un peu enfantine. Suichi se tenait devant elle, un sac en plastique dans la main droite qui indiquait qu’elle revenait probablement du conbini du coin … Pire qu’un incident, il avait fallut qu’elle tombe sur la petite rousse qui allait probablement vouloir discuter … Avec ça, elle n’était brusquement plus aussi sur de réussir à arriver à l’heure à la villa … Se débarrasser rapidement et discrètement de la jeune fille … Elle eu une pensée pour l’arme qu’elle avait dans sa veste mais la repoussa instantanément, sans comprendre pourquoi.

- Et toi ? Il n’est pas un peu tard pour qu’une lycéenne traîne comme ça ? Tu n’as pas peur des pervers ?
- J’étais à l’hôpital pour voir Mizuki et sur le chemin, je suis passée faire les courses pour ma mère … Tatsuya n’avait pas le temps avec les examens qui arrivent …
- Lui n’a pas le temps mais toi tu peux passer à l’hôpital ? Soupira la tueuse en se demandant pourquoi elle entretenait la conversation au lieu d’essayer de partir.
- Je ne suis pas du genre à tellement travailler. Commença la roussette bien qu’Usagi l’ait deviné seule. Mais … Et toi ? Qu’est que tu fais ?
- Moi, je suis adulte, rappela la jeune femme en se levant et en faisant signe qu’elle allait partir. Allez, rentre chez toi, et plus vite que ça !
- Tu vas tuer quelqu’un ? Demanda Suichi sans douter un seul instant de la réponse. Je croyais que tu avais compris que tu détruisais des vies. C’est encore une gosse qui est venue faire un caprice ?
- Laisse tombé ! Cria Usagi sans s’en rendre compte. Qu’est ce que quelqu’un comme toi, qui a une vie tranquille, peut comprendre à ce que je fais ! Je n’ai pas besoin de toi pour savoir comment agir !

Et laissant Suichi, complètement abasourdit, elle quitta le parc que courant. Comme elle l’avait prévu, elle avait perdu du temps à discuter de futilité avec la jeune adolescente ! Elle n’était même plus sure d’arriver à la villa à l’heure qu’elle avait prévu maintenant ! A croire que l’adolescente savait exactement quand il ne fallait pas arriver et qu’elle faisait de son mieux pour l’empêcher de faire son travail … Quel boulet ! Elle allait encore tout gâcher avec ses technique de psychologie … La dernière fois, elle avait même réussi à lui faire regretter son geste, l’espace d’un instant … Mais dès qu’elle était rentrée chez elle, elle avait retrouvé ses instincts normaux et elle n’était jamais passé voir Mizuki à l’hôpital comme la jeune fille le lui avait demandé … D’ailleurs, elle avait été surprise que la jeune fille ne le lui ait pas fait remarquer.

Elle était devant la villa … Elle s’assura que son téléphone était bien en mode silencieux, pour éviter de trahir sa présence, et pris l’arme à la main avant d’escalader la façade. Le silence le plus total régnait dans la résidence mais, dès qu’elle sauta dans le jardin, un garde accourut, alerté par le bruit, et demanda qui était là … Question stupide … Si la personne ne voulait pas se faire remarqué, elle n’allait pas répondre, et ce fut ce que fit la jeune femme. Elle sortie toute fois de son buisson et tira sur l’homme avant même qu’il n’ait le temps de prendre le revolvers qu’il avait à la ceinture et, sans prendre la peine de cacher son corps, Usagi continue à avancer en direction de la résidence … Il lui restait moins de dix minutes avant que l’alerte soit donné par un autre garde qui serait tombé sur le corps … Elle avait intérêt à faire vite ! Mais heureusement, elle avait soigneusement étudié le plan du domaine et n’eu aucun mal à trouver une fenêtre par laquelle entrer, descendant au passage toutes les personnes qui eurent la stupidité de se mettre en travers de son chemin.
Enfin, elle arriva devant une porte qui, d’après le plan que lui avait fournis sa cliente, devait être la celle du bureau de Takashima Shûji … Sa cible. Elle l’ouvrit en prenant soin de ne pas faire grincer la porte et entra dans le bureau comme un diable sorti de sa boîte. L’homme se retourna, comme si il avait senti une présence et attrapa le colt qu’il gardait toujours sur son bureau, d’après les dires de sa fille … Elle devait tirer, autant pour remplir sa mission que pour sauver sa vie … Mais soudain, elle hésitait … Il lui restait moins de deux minutes pour le tuer mais … Elle n’arrivait pas à presser la détente … Comme si les paroles de la jeune rousse avait finalement eu raison de ses instincts de meurtrière … Avait elle vraiment raison de tuer des gens qui n’avaient rien à voir avec elle pour se venger d’une trahison qu’elle avait elle-même vécu ? Elle ne savait pas … Elle ne savait plus …
L’homme n’attendit pas que la tueuse se décide à l’abattre et il pressa la gâchette et ce fut la chance que la jeune fille dû remercier … Ou le fait que son adversaire était mauvais tireur. La balle lui avait seulement effleuré l’épaule, mais se fut assez pour donner l’alerte avec quelques secondes d’avances. Une douzaine d’homme entrèrent dans le bureau en entendant la détonation et Usagi fut contrainte de sortir par la fenêtre pour ne pas se faire attraper. Elle tira encore trois balles pour dégager le passage puis s’enfuit.

Dans son lit, Usagi ne parvenait pas à trouver le sommeil. C’était la première fois qu’elle avait hésité de cette manière à tuer sa cible … Elle avait complètement raté son boulot sur ce coup … Tout ça parce que ce qu’une gamine otaku lui avait dit lui était monté à la tête … La vie aimait décidément les rencontres qu’il fallait à tout pris éviter.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site