Kurushimi to hatsukoi : Chapitre 6

J'ai fini ce chapitre juste avant les vacances ... Je remarque qu'il y a vraiment de moins en moins de chapitre qui sorte ... Peut être que je n'écris plus assez ... Allez, ce soir, nuit blanche pour écrire ! J'ai commencé une nouvelle histoire sur un triangle amoureux entre Makoto, Sho et Suichi mais c'est sur cahier donc, comme pour Kunou koi il y aura BEAUCOUP de temps avant de la voir arriver (en parlant de Kunou koi, je galère vraiment sur le chapitre en cours et je m'en excuse --" [Fuji : Tu veux pas nous parler de tous les projets en cours ?] Bah ... Le truc c'est qu'en ce moment, je me focalise surtout sur les fan fictions de PoT ... Je vais recommencer Naive love tout à l'heure histoire de faire quelque chose quand même ... Après, peut être que je vais bosser des idées pour Kurushimi to hatsukoi et je commencerais la suite de la FF de PoT ... Ensuite, il faudra que je bosse sur d'autres histoires --"

Chapitre 6 - Little secret

Makoto avait mal à la tête et ne trouvait pas le courage de quitter son lit. Pourtant, cette fois, il était sur qu'il n'avait pas la grippe puisqu'il ne semblait pas avoir de fièvre (c'était, en tout cas, ce que lui avait répondu Miyuki-san lorsqu'il lui avait posé la question). S'il n'avait rien, pourquoi est ce qu'il se sentait aussi mal ? Son état avait probablement quelque chose à voir avec les nombreuses révélations qu'il avait eues la veille et qu'il n'avait pas cessé de les retourner dans sa tête toute la nuit, ne réussissant pas à trouver le sommeil. Il était extrêmement fatigué ... Il n'avait absolument pas fermé l'œil et, pour une fois, Kazuya n'y était pour rien ... En tout cas, pas directement. Apprendre le lien qu'ils entretenaient l'avait bouleversé et il n'arrivait toujours pas à accepter une telle chose. En vérité, il continuait d'espérer qu'Atsushi lui ait menti mais il ne pensait pas que c'était le genre du jeune homme ... Il détestait Makoto et ferait n'importe quoi pour qu'il soit triste mais il n'était pas le genre de personne qui mentait pour arrivé à ses fins ... De plus, Katsuragi-sama n'avait pas infirmé les informations qui avait été donné au neko la veille. A aucun moment durant le reste de la soirée il n'avait dit à son petit protégé qu'on lui avait raconté des histoires et qu'il n'avait jamais connu sa mère.
Il poussa un petit soupire et se décida, finalement, à sortir de son lit. Il était complètement déprimé mais il avait encore du travail et il ne pouvait pas se permettre de se soustraire à ses responsabilités, surtout dans sa position actuelle ... Il n'était plus malade depuis longtemps alors il n'allait pas, encore, manquer à ses fonctions. Même s'il était maladroit, on avait, parfois, besoin de lui. Qui plus est, il avait laissé Tomoyo-sama en plan la veille, lorsqu'il avait quitté la maison complètement affolé et il devait donc prendre ses responsabilités et s'occuper des fleurs avec elle aujourd'hui ... Ou plutôt des plantations des fleurs puisqu'il n'y avait que quelques plantes qui résistaient au froid de l'hiver, même lui était capable de savoir une chose aussi basique que celle-là, malgré le fait qu'il était toujours incapable de lire les kanji correctement et ne pouvait pas écrire. La tête contre la fenêtre du dortoir, il regarda vaguement dehors avec un air désespéré. Il ne savait absolument pas comment se sortir d'une telle histoire. Bien sur, il n'y était pour rien dans ces histoires de fils de machin et bidule mais ça le travaillait quand même. Il n'arrivait toujours pas à croire qu'il était le frère de Kazuya ... Après tout, ils ne se ressemblaient absolument rien, et encore, dire cela était plutôt gentil car la vérité était plutôt qu'ils n'avaient strictement rien en commun, sauf peut être le bleu de leurs yeux mais ce n'était pas une preuve puisque Katsuragi-sama avait les yeux marrons ... Oui ... Kazuya et lui ne s'étaient jamais ressemblés et même maintenant qu'il savait qu'ils avaient un lien de parenté, Makoto ne voyait toujours rien qui puisse le prouver ...
Sur cette pensée, Makoto se dirigea vers la salle de douche dans l'espoir de se changer les idées ... C'était une technique qu'il utilisait souvent et, même si elle ne marchait pas souvent, elle lui permettait de se sentir bien pendant un court moment. Il avait juste besoin de se décontracter quelques instant ... Penser à autre chose qu'au fait que sa relation avec Kazuya relevait peut être de l'inceste ... Il n'arrivait pas à croire tous les sentiments qui l'envahissaient soudain ... Alors qu'il avait pensé tellement longtemps qu'il détestait le jeune fille Katsuragi, il en venait à déprimer parce qu'il allait sans doute devoir arrêté de coucher avec lui si la vérité arrivait à ses oreilles. Après tout, depuis le début, pour Kazuya, c'était juste un jeu ... Il faisait ça uniquement pour le fun et n'éprouvait pas de sentiments particulier pour Makoto ... Tout avait changé depuis qu'ils étaient petit et maintenant, il ne l'aimait plus ... Il ne lui disait plus qu'il voulait l'épouser ... Quand il y repensait, Makoto regrettait cette époque où il n'avait pas à s'inquiéter de ce qui se passait autour de lui ... Il se contentait de s'amuser avec Kazuya matin et soir, toute la journée, il ne faisait que s'amuser ensemble et ne se soucier par du futur ... Qu'est-ce qui avait bien pu se passer depuis ? Pourquoi Kazuya avait-il brusquement commencé à devenir violent avec son ami ? Pourquoi l'avait-il violé ? Makoto s'était toujours posé la question ... Il avait brusquement commencé à changer de comportement envers lui et était devenu froid ... Makoto, à cet époque, se conduisait encore comme un enfant et était allé le trouvé, inquiet ... Il était persuadé que Kazuya allait mal et que c'était pour cette raison qu'il le repoussait chaque fois qu'il s'approchait de lui ... Il avait voulu l'aider et il s'était retrouvé plaqué contre le sol de la chambre de l'adolescent qui avait commencé à le toucher partout, y compris à des endroits que lui-même n'avaient jamais touché ... Et Makoto avait eu beau pleuré, il avait eu beau lui demander d'arrêter, rien n'y avait fait ... Même maintenant, plusieurs années après, quand il y repensait, il se sentait brusquement mal et avait envi de vomir ... Kazuya l'avait frappé en lui disant que tout ce qui arrivait été entièrement sa faute ... Qu'est-ce qui était arrivé ? Makoto n'en avait pas la moindre idée mais il s'était senti mal d'être brusquement accusé sans savoir pourquoi, se demandant ce qu'il avait bien pu faire de mal ...
Makoto se frictionna les bras un moment sous l'eau froide puis se décida à la mettre à une température normale et assez élevé pour lui éviter une pneumonie par ce temps froid. Là, il attrapa le savon qu'il avait posé à côté de lui en se lava pendant une bonne dizaine de minutes ... Le simple souvenir de cette journée lui donnait l'impression d'être sal et, sans qu'il le réalise, des larmes avaient coulés le long de ses joues. Même maintenant qu'il était de nouveau tombé amoureux de Kazuya, Makoto continuait à avoir peur de lui ... Il l'aimait mais il était incapable de lui pardonner ce qu'il avait fait ce jour là ... Il avait peur qu'il recommence et qu'il lui fasse mal ... Jusqu'à présent, il ne s'était plus comporté de cette façon avec lui ... Sauf quand il lui avait demandé s'il aimait Tomoyo ... Là aussi, Makoto avait eu vraiment peur ... Mais l'adolescent était bien conscient que, peu importe ce que ferait son ami, il continuerait probablement à avoir peur de lui jusqu'à la fin ... Et on ne pouvait pas lui en vouloir pour ça ...

- Makoto, tu essayes de te noyer ?

La voix de Miyuki-san ramena le jeune domestique à la réalité et il se rendit soudain compte qu'il était encore sous l'eau de la douche et que plus d'une demi-heure était passée ... Comment avait il pu rester aussi longtemps sous l'eau ? Il cria un simple « je sors ! » puis éteignit l'eau avant de quitter la douche pour enfiler des vêtements simples et adapté au froid qui régnait à l'extérieur ... Un tee-shirt à manche longue noir qui avait appartenu à Kazuya, un jean bleu que lui avait donné Yoshito quand il l'avait retrouvé dans ses affaires et une polaire bleue qui avait été son cadeau d'anniversaire de la part de Tomoyo. Il retira ensuite la bande qu'il avait autour de la main et regarda vaguement la cicatrice rouge qui faisait un long trait sur sa pomme puis il prit un pansement qu'il posa délicatement dessus avant de s'activé à se sécher les cheveux ce qui était toujours très périlleux, en raison de ses oreilles qui lui faisaient mal s'il frottait trop fort. Enfin, il fut présentable et se décida à ouvrir la porte derrière laquelle Miyuki l'attendait de pied ferme avec une liste de ce qu'il allait devoir faire pendant la journée ... La première tâche, aider à mettre la table pour le déjeuné, n'allait pas tarder à commencé aussi se courba-t-il devant la jeune fille pour se diriger vers la salle à manger. Il réalisa soudain que Noël n'allait pas tarder à arriver. Il se demandait ce que Kazuya avait prévu pour l'occasion ... Allait-il sortir avec une fille ? Il l'enviait, cette fille n'imaginait certainement pas la chance qu'elle avait ! Mais ça, Makoto ne le lui dirait jamais ... Alors il se contenta de mettre consciencieusement la table en faisait attention à ne rien casser, pour une fois. Action qu'il réussi et la table fut dresser en une dizaine de minutes sans qu'il n'ait besoin de courir jusqu'au placard chercher un balais pour réparer ses âneries ... Heureusement pour lui parce qu'il n'avait vraiment pas envi de se retrouver face à Katsuragi-san ... Bien qu'il ait appris à apprécier le vieil homme, il ne lui pardonnait pas de lui avoir caché qu'il connaissait sa mère et qu'il l'ait aimé ... Il lui avait tout de même caché qu'il était son père ! Makoto était un peu stupide et naïf, il n'était pas intelligent pour l'ensemble de la famille Katsuragi, il était incapable d'écrire, ne savait pas lire et ne connaissait toujours pas la différence entre 2+2 et 2x2 mais il estimait qu'il avait le droit de savoir une chose aussi importante, surtout quand il s'avérait qu'il entretenait avec son grand frère une relation plus que fraternel ... Est-ce que Katsuragi-san n'avait jamais pensé qu'une chose pareille pouvait arriver ?! Non, bien sur ... Après tout, Kazuya et lui étaient tous les deux des garçons, il n'y avait aucune raison logique pour que l'un des deux tombe amoureux de l'autre ou pour qu'ils couchent ensemble ... Et pourtant, c'était ce qu'il faisait depuis déjà plusieurs années ... Makoto posa le dernier verre sur la table et se dirigea vers la chambre de son amant (ou sex friend ... ou frère ... Il ne savait plus vraiment comment il devait l'appeler) qu'il était censé rangé avant d'aller déjeuné ... Il n'avait, finalement, pas mis les pieds dans cette chambre la nuit précédente ... Après ce que lui avait appris Atsushi, il n'avait pas osé répondre à l'invitation de Kazuya et s'était précipité dans le dortoir des domestique dès qu'il avait eu assez de force pour tenir sur ses jambes ... La pièce était mal rangée, en tout cas, plus que d'habitude. Des vêtements ainsi que des livres traînaient par terre et une page couverte de signes que l'adolescent ne pouvait pas lire été posé négligemment sur le bord de la fenêtre ... Visiblement, elle venait d'un libre et avait été déchiré ... Il jeta un coup d'œil au titre, écrit en haut de la page ... « Yuki » ... La neige ? Il ne pensait pas qu'un garçon comme Kazuya possédait des livres avec un titre aussi abstrait ... Toute fois, il n'y réfléchis pas plus et saisit le livre en question qui était à ses pieds pour remettre la page à sa place avant de le poser sur l'étagère avant de faire de même pour tous les autres qui n'avait pas été rangé correctement par l'adolescent la veille. Ensuite, il s'attaqua aux vêtements qu'il décida de mettre au sal puisqu'ils étaient tâchés et, après avoir fait le lit et nettoyé un peu la pièce, il ouvrit la fenêtre pour aéré. Il se sentait décidément bien dans cette pièce, même si c'était là qu'il avait tellement pleuré quelques années auparavant. Il se souvenait encore de l'époque ou Kazuya et lui étaient les meilleures amis que la terre ait connu ... Ils étaient toujours collés ensemble et, de temps en temps, ils désobéissaient aux règles de la maison pour dormir ensemble ... Soit Makoto se glissait dans le lit de Kazuya, soit Kazuya venait dans le dortoir une fois que tout le monde dormait. Mais ils ne s'étaient jamais fait grondé maintenant que l'adolescent y repensait ... Les gens disaient juste qu'ils devaient être très proche ... Que diraient-il en voyant comment la situation avait évolué à présent ?
Trois petits coups frappés à la porte tirèrent le jeune homme de ses pensées. Miyuki-san se tenait devant lui avec un sourire et lui annonça qu'il était tant qu'il vienne manger s'il ne voulait pas que le repas refroidisse. Peu désireux de manger un plat froid alors qu'il fait -2 degrés dehors, Makoto quitta la fenêtre qui laissait pénétrer l'air glacial dans la chambre et la referma pour se diriger vers la porte pour gagner la cuisine où il était prévu qu'il déjeune. En même temps, une fois devant son assiette il eu beaucoup moins faim ... Ce n'était pas que ce qu'il devait manger n'était pas bon, à cause de sa physionomie spéciale, il n'avait pas le même repas que les autres en plus, ce qui demandait plus de travail aux cuisiniers et Makoto n'aurait donc jamais pinaillé sur son repas. Non ... Il senti son estomac se serrer et il n'arriva pas à se convaincre qu'il devait manger. Malgré tout, il fini par réussir à terminer son plat mais dû se précipiter, l'instant d'après, vers la poubelle, pour vomir tout ce qu'il venait d'ingurgiter. Il aurait voulu s'excuser pour ce qu'il venait de faire auprès du cuisinier qui avait fait ce repas mais il n'en eu pas le temps car, à peine eut-il quitté la poubelle que tout le monde s'approcha de lui, inquiet de ce qui venait de se passer. Pourtant, il ne semblait pas avoir de fièvre, comme le fit remarquer Natsumi, une jeune fille chargé du nettoyage des vêtements.

- Il y a quelque chose qui te travail en ce moment Makoto ? Demanda Tetsuo en lui caressant les cheveux pendant qu'Ayumu lui tendait un verre d'eau. Cela pourrait expliquer que tu te sentes mal depuis ce matin ... Tu veux que je demande à Katsuragi-sama de te donner ta journée ?
- Non ! S'exclama l'adolescent qui ne voulait pas avoir affaire au maître de maison avant d'avoir mis les choses au clair. Je veux dire ... Je pense que ça va passer tout seul, il n'y a pas de raison de s'inquiéter ...
- Mais si tu es malade, il vaut mieux éviter de prendre des risques, continua le cuisinier qui semblait plus inquiet que lui de son état de santé. On ne sait jamais ce qui peut se passer.
- Sérieusement, je vais bien, repris l'adolescent en regardant ses pieds et en sentant sa tête qui tournait.

Il aurait volontiers ajouté quelque chose pour sa défense mais avant qu'il n'en ait le temps, il se retrouva le nez contre le sol de la cuisine. Visiblement, soit il était réellement malade, soit il manqué cruellement de fatigue et il était probable que ça soit la seconde solution vu les courtes nuits qu'il s'accordait depuis quelques jours ... Entre penser aux cinquante problèmes qu'il avait au quotidien et son étrange relation avec Kazuya, il n'avait pas vraiment le temps de dormir correctement. Combien de temps avait-il dormi la nuit d'avant ? Probablement moins de trois ... Il avait tellement ressassé la journée dans sa tête ... Encore et encore ... Essayant vainement de trouver un sens à quelque chose qui n'en avait pas ... Tentant désespérément de s'expliquer les mensonges qui s'étaient accumulés autour de lui ... Il n'avait réussi qu'à se déprimer encore plus et à avoir peur de la réaction de Kazuya. Mais en même temps, si le lycéen n'était pas au courant, il devait le lui dire ... Après tout, il n'avait pas aimé qu'on lui cache la vérité mais c'était ce qu'il était en train de faire à la personne qu'il aimait et, dans un sens, c'était encore pire que tout ce qu'on avait pu lui faire à lui ... Même si Kazuya ne l'aimait pas et le considérait uniquement comme un jouet, il s'était montré gentil avec lui ... Attentionné ... Bien sur, Makoto avait encore peur de lui, peur de ce qui pouvait lui arriver s'il restait près de lui ... Mais il n'avait pas envi de le trahir ... S'ils étaient vraiment liés par le sang, il devait lui en parler ... Peut-être que ça détruirait le seul lien qui les reliait encore mais, il ne voulait pas le laisser dans l'ignorance ... Et même si Kazuya était au courant ... Il voulait aussi savoir s'il ne lui avait pas caché cela depuis tout ce temps ... Si tout le monde savait cela, il ne saurait plus à qui se fier ... Si tout le monde lui avait menti depuis son arrivé dans cette maison ...

Makoto ne rêva pas tellement après être tombé dans les pommes. Il ne se souvenait pas non plus de ce qui s'était passé juste avant mais sentait bien là où il s'était cogné. On avait posé un pansement dessus pour faciliter la guérison de la petite plaie qui s'était ouverte lorsque sa tête avait heurté le sol et un médecin venait juste de partir avec avoir vérifié qu'il n'y avait aucun traumatisme crânien ... C'était désormais officiel ... La seule chose qu'il fallait à Makoto, c'était beaucoup de repos ... Il ne devait pas se prendre la tête et juste dormir ... il fut décidé par Katsuragi-san que Makoto ne travaillerait pas pendant une durée indéterminée, jusqu'à ce qu'il soit totalement remis de la fatigue dont il souffrait. Il fut aussi décidé que tout le monde, toute la famille Katsuragi ainsi que les domestiques (qui était au nombre d'un peu plus de vingt), partirait en voyage pour les prochaines vacances scolaires de Kazuya qui devrait bientôt arrêté ... Après tout, tout le monde avait besoin de prendre une pause de temps en temps et le malaise de Makoto tombait bien ... Ils permettraient à tous de se reposer un moment et d'arrêter de penser aux problèmes du quotidiens ... Katsuragi-san était décidément tout le temps en train de veiller sur le plus jeune de ses domestiques ... Le garçon maladroit et illettré qu'il avait pris sous son ail ... C'était ce qui risquait de se dire partout mais le vieil homme prenait le risque ... Peut être parce qu'il s'agissait de son fils ...

Makoto ne rouvrit pas les yeux avant la tombé de la nuit. Kazuya était à côté de lui, à moitié sur son futon, en train de lire un livre ... Un de ceux que le neko avait rangé le matin même ... Est-ce que ça faisait longtemps qu'il le veillait ? Visiblement oui puisque Tetsuo lui proposait de le relayer pour qu'il puisse aller faire ses devoirs, ce à quoi le jeune garçon répondit que, de toute façon, il n'irait pas en cours le lendemain ... « Je m'occuperais de Makoto ... » Il avait décidé ça arbitrairement, sans s'entretenir au préalable avec le principal intéressé qui vit ses joues rougirent à cette brutale déclaration avant de se souvenir de tout ce qu'il avait appris la veille sur son père présumé et donc sur le lien fraternel qui l'unissait peut être à la personne dont il était amoureux ... Il ne savait pas du tout comment réagir ...

- Tu es finalement réveillé ? Demanda le lycéen avant que le neko n'ait eu le temps d'approfondir sa réflexion. J'ai eu peur quand j'ai appris que tu étais tombé dans les pommes en plein milieu du repas.
- Je suis désolé, j'étais juste un peu fatigué.
- Tu ne devrais pas sacrifier ton sommeil comme tu le fais, soupira l'autre en lui caressant la tête. Qu'est-ce qui t'arrive pour que tu sois dans un tel état ?
- Je ne sais pas ... Je pense que j'ai du mal à dormir, tout simplement.
- Tu veux que je dorme avec toi, comme quand nous étions petits ?

Makoto sursauta en entendant ça ... Dire qu'il y avait pensé le matin même ... L'époque où ils dormaient ensemble tous les soirs, collés l'un contre l'autre ... A l'époque, ils dormaient ensemble parce qu'ils aimaient sentir la chaleur de l'autre contre eux ... Maintenant, ils ne dormaient ensemble que lorsqu'ils avaient couché ensemble avant ... Quand ils avaient oublié qu'il était tard et que Makoto ne pouvait pas trainer dans les couloirs à n'importe quelle heure ... C'était dans ses moments là qu'ils dormaient ensemble ... Et sa jeunesse, l'époque où il n'avait aucune arrière pensée quand il était avec son ami, manquait beaucoup à Makoto ... Il aurait voulu que tout soit de nouveau comme avant, mais il était bien conscient que ça ne risquait pas d'arriver de nouveau ... Parce qu'il avait des sentiments pour Kazuya ... Parce que Kazuya l'avait violé ... Parce qu'ils avaient couché ensemble ... A cause de ça, jamais ils ne pourraient revenir à leur ancienne relation, elle avait trop changé ... Makoto aimait sa situation qu'ils avaient quand ils étaient petits ... Mais il appréciait aussi la proximité que lui permettait la nouvelle. Après tout, il ne pouvait rien faire contre ses sentiments ... Il était amoureux, ce n'était pas lui qui l'avait décidé, sinon il aurait choisi quelqu'un d'autre ... Pas la personne qui l'avait jeté par terre pour lui faire l'amour ... Certainement pas non plus la personne qui l'aurait laissé se vider de son sang dans la salle de bain parce qu'il était trop occupé à l'accuser à tord d'avoir une aventure avec sa petite sœur ... Oui, s'il avait pu dicter ses sentiments, il serait plutôt tombé amoureux de Tomoyo, qui avait toujours été gentille et douce avec lui, qui le regardait toujours comme si elle espérait qu'il ne lui arrive jamais rien ... Pas d'un garçon qui le voyait comme son déjeuné ...

- Pousses-toi un peu, on est plus gros que quand on était petit ...

Mais malgré toutes ses réticences, Makoto obéi et se poussa dans le futon pour laisser à Kazuya la place de s'installer à côté de lui. Il s'était juré de ne rien lui dire à propos des paroles d'Atsushi mais il avait soudain un besoin incompressible de lui avouer ce qu'il avait appris. Peut-être qu'en apprenant qu'il y a des chances qu'ils soient frères, Kazuya sera dégoûté et partira le plus long possible de lui mais il avait envi de prendre le risque ... Parce qu'il ne voulait pas laissé la personne qu'il aimait dans l'ignorance et qu'il voulait aussi en avoir le cœur net ... Est-ce Kazuya savait quelque chose ? Il avait eu l'air surpris d'apprendre que ma mère et son père se connaissaient donc il ne savait probablement pas mais, tout de même ... Il avait bien envi de vérifier ... Mais il ne savait pas comment mener la conversation ... Il se voyait pas mal sortir une chose pareille de but en blanc ... Et il continuait à avoir peur de la réaction que pourrait avoir Kazuya ... Il ne voulait pas qu'il le déteste à cause de ça ... Mais il voulait le lui dire ... Il était décidément pris au piège dans un dilemme et ne savait pas quelle solution choisir ... Cette information le concernait autant que Kazuya, il était normal qu'il le lui dise ... Mais il ne voulait pas le perdre ... Et si ce qu'Atsushi avait dit était faux ? Il aurait tout gâché pour rien ! Et il ne voulait pas de ça ... La main de Kazuya se porta sur sa tête qu'il caressa avec douceur, exactement comme quand ils étaient petits ... Ce souvenir fut de trop et les larmes de Makoto commencèrent à couler.

- Qu'est-ce qui t'arrive ? Demanda immédiatement le plus âgé avec inquiétude. Tu es malade ?! Tu as mal quelque part ?!
- J'ai quelque chose dont je dois vraiment te parler ...
- C'est quelque chose qui te fait pleurer ? Makoto, calmes-toi s'il te plait, je déteste te voir dans cet état ...
- C'est quelque chose de vraiment important ...
- Quelle genre de chose Makoto ? Raconte ...

Le neko regarda droit devant lui comme s'il avait peur de fixer Kazuya ... En fait, ce n'était pas seulement « comme s'il » ... En vérité, l'adolescent était véritablement terrifié ... Il ne savait pas quel allait être la réaction du garçon et il ne voulait pas le voir décidé de ne plus jamais le fréquenter ... Quoi que ça règlerait certains problèmes comme une certaine douleur au coccyx certains jours ... Pourtant, il pouvait difficilement revenir en arrière désormais et il voulait en profiter, tant qu'il n'y avait personne dans les dortoirs ...

- Atsushi ... Il m'a dit autre chose hier ...
- Qu'est-ce que cet abruti t'a encore raconté ?
- Il m'a dit que mon père n'était pas mort ... Que mon véritable père était ... Katsuragi-san ... Qu'il avait eu une liaison avec mon père avant qu'elle se mette officiellement avec mon père ... Et que c'est pour cette raison qu'il s'occupe de moi ...

Un gros blanc suivit les déclarations du neko qui ne savait plus vraiment où se mettre. La main de son ami avait cessé de lui caresser les cheveux et il n'avait plus rien dit ... Visiblement, il n'était pas au courant mais est-ce qu'il avait compris ce que tout cela voulait dire ? Sur le fait qu'ils étaient frères et que leur relation n'était plus un simple amour d'adolescent mais bel et bien un truc glauque dont on évite de parler en public ? Makoto était extrêmement mal à l'aise de ne plus rien entendre ... Il aurait voulu qu'il dise quelque chose, n'importe quoi ... Même un « je ne veux plus rien avoir à faire avec toi » aurait été plus facile à entendre que ce silence ... Et finalement ...

- Je vois ... J'avais entendu dire que mon père avait eu une liaison, je ne pensais pas que c'était avec ta mère ...
- Mais tu ne comprends pas ?! S'écria Makoto, pleurant de nouveau. Ça veut dire que nous sommes frères ...
- Je ne crois pas, non, répondit l'autre garçon, impassible. Juridiquement, tu n'es pas le fils de mon père et biologiquement, je ne suis pas le sien, nous n'avons donc aucun lien, ni biologique, ni juridique.

Cette fois, ce fut au tour de Makoto de rester sans voix ... Kazuya n'était pas vraiment le fils de Katsuragi-san ? Qu'est-ce que c'était que cette histoire ? Alors là, franchement, il ne comprenait plus rien à la situation ... Déjà qu'il était un peu perdu avec ces histoires de coucherie qui dégénère, là, c'était de pire en pire ... Il était vraiment complètement largué ... Il n'avait pas la moindre idée de ce qui se passait et ça le perturbait légèrement ...

- En réalité, Atsushi non plus n'est pas vraiment le fils d'otosan ... Il n'y a que Tomoyo et Yoshito qui soit réellement ses enfants ... Atsushi est le fruit d'une liaison entre ma mère et un autre homme et moi, j'ai été adopté quelques mois après ma naissance, un tout petit peu avant que tu arrives. Mes parents étaient les meilleurs amis d'otosan et sont morts dans un accident de voiture en venant me chercher chez ma grand-mère, qui est décédé aussi en apprenant la nouvelle.

Voilà encore une histoire qui semblait compliqué mais, en tout cas, Kazuya avait raison sur un point ... Il n'était pas frère et pouvait donc continué à faire ce qu'ils avaient envi et, d'ailleurs, le sourire pervers du lycéen prouvait bien qu'il était en train de penser exactement à la même chose ...

- C'est ça qui t'a mis dans un tel état Makoto ? Je vais bien m'occuper de toi maintenant que tu es rassuré ...

Tout en disant cela, il se redressa et aida le neko à se relever avant d'expliquer à Miyuki-san qu'il allait dormir dans sa chambre, comme quand ils étaient petits en ajoutant « peut être que ça l'aidera à se sentir mieux ... Il n'y avait pas à dire, ce garçon était doué pour raconter des salades ...
A peine dans la chambre de son ami d'enfance, Makoto fut envoyé sur le lit, toute fois avec plus de douceur que d'habitude. Kazuya l'embrassa ensuite avec autant de tendresse qu'il en était capable tout en lui s'activant à lui retirer le tee-shirt qu'il portait sur lui. Il fut finalement obligé de rompre le baiser pour le faire passer par-dessus la tête de l'adolescent qui ressentait déjà les effets d'avoir senti les lèvres du lycéen contre les siennes et dont les joues avaient été rougies par l'excitation. Mais avant qu'il n'ait pu se remettre de ses émotions, il se retrouva simplement vêtu d'un boxer noir qui avait, jadis, appartenu à la personne qui s'activait désormais à le reluquer tout en se déshabillant à son tour. Certes, ce genre de situation lui été déjà souvent arrivé auparavant mais Makoto se senti gêné d'être presque nu devant Kazuya ... Oui, ils avaient déjà couché ensemble de nombreuses fois mais à aucun moment Kazuya ne l'avait regardé aussi fixement qu'il le faisait en ce moment ... Il semblait presque s'intéresser à lui et ça, ça lui paraissait irréaliste ...
Mais rapidement, les habitudes reprirent le dessus et Kazuya caressa l'entrejambe de Makoto à travers le tissus tout en mordillant et léchant son torse, laissant des marques violacer à des endroits tactiques où il était sur qu'elles ne pourraient pas être vu par les autres. Makoto, de son côté, aurait été bien incapable d'arrêter le lycéen en raison du feu qui lui brûlait les joues, mais aussi le bas du ventre. Il voulait de Kazuya arrête de le taquiner et lui retire enfin son boxer ! Mais lorsque ses mains avaient entrepris un mouvement dans ce sens, Kazuya s'en était emparé et lui avait jeté un regard qui signifiait clairement que c'était à lui de décider quand est-ce que le petit adolescent aurait le droit de se retrouver nu ... Alors, à la place, pour que le sentiment de désir soit complet, Makoto avait décidé de ne pas offrir à Kazuya la chance d'entendre le moindre gémissement passer la barrière de ses lèvres. C'était un exercice beaucoup plus dur qu'il ne l'aurait pensé dans un premier temps été rapidement, sans le réaliser, il avait commencé à mordre son poignet gauche de façon à retenir ses cris. Ce détail n'échappa pas à Kazuya qui, au lieu de se moquer comme il en avait l'habitude, lui avait pris la main avec douceur, interrompant les caresses trop brusquement pour le jeune garçon qui en voulait plus ...

- Inutile de te faire mal juste pour retenir tes gémissements Makoto, le réprimanda-t-il. Tout le monde est déjà couché donc personne ne t'entendra ...

Makoto ne répondit rien et continua d'essayer de se retenir, jusqu'au moment où les lèvres de Kazuya se posèrent sur son entrejambe. Makoto ne pu retenir un cri de surprise et ferma les yeux pour ne pas avoir à voir le visage moqueur de l'adolescent. La main droite de Kazuya, pendant ce temps, alla s'amuser avec les tétons du neko et Makoto n'eu plus d'autre choix que de laisser sa voix sortir, ne pouvant plus la contenir.

Kazuya s'allongea à côté de l'adolescent qui respirait rapidement, encore sous le coup des sensations qu'il venait d'éprouver. Il lui caressa la joue avec une douceur inhabituelle et le regarda dans les yeux.

- Pourquoi est-ce que tu étais inquiet d'apprendre pour mon père ? Lui demanda-t-il soudain. Qu'est-ce que ça aurait changé ?
- Je ne sais pas ... Moi-même, je le comprends pas ce qui s'est passé ...
- Menteur ...

Kazuya ne rajouta rien de plus et remonta la couverture jusqu'aux épaules de l'adolescent qui n'ajouta rien de plus ... Visiblement, son secret risquait fort d'être découvert maintenant ...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site